MIDI Festival 2013. Jour 2. Samedi 27 juillet 2013

MIDI_day two 27 juillet 2013_61

Un deuxième jour ça commence souvent par une montée interminable vers la Villa Noailles, pour voir quelques concerts et ainsi passer une journée entière les oreilles pleines de musique. Après l’effort physique, on a le temps de prendre une bière et de s’apercevoir qu’on a déjà raté un groupe. Mais un type tout maigre s’agite sur la scène et hulule dans un micro, un karaoké sauvage ? Une performance artistique impromptue ?

Ah non c'est pas Jed Nayef
Ah non c’est pas Jed Nayef

Ou bien est-ce un bénévole du bar, rendu fou par l’action conjuguée du soleil, du chant assourdissant des cigales et par le comptage des petits jetons bleus ? Mais non, rien de tout ça, sur la scène, c’est l’artiste américain Jed Nayef qui ambiance la Villa en cette fin d’après-midi avec son rnb/prog (en gros).

MIDI_day two 27 juillet 2013_02
Jed le preux

C’est assez rapidement pénible, même si on reconnait son morceau des internets Freaks, il n’y a pas de quoi se rouler par terre de joie. Ça a le mérite de faire une mise en bouche de la soirée à venir. Le temps de se rafraîchir, de prendre le bus et de rater Los Porcos (pas sûr d’avoir raté grand-chose pour le coup) et je suis à pied d’œuvre à l’hippodrome pour la deuxième soirée de ce MIDI festival 2013. Donc pour moi ce samedi, le premier groupe sera King Krule, déjà aperçu à la Villa il y a deux ans. A l’époque je m’étais un petit peu ennuyé, malgré les qualités évidentes du (très) jeune artiste.

MIDI_day two 27 juillet 2013_12

Deux ans plus tard, je suis plus sage, et j’écoute donc les nouvelles chansons de l’anglais. Au niveau du look ça n’a pas changé.

MIDI_day two 27 juillet 2013_10

Au niveau musical, non plus, toujours ce mélange de softrock, jazz et soul, porté par une voix qu’il faut bien qualifier de très remarquable. Les instrumentaux, plutôt banals au demeurant sont transfigurés par la voix grave et profonde du gars. Le set est relativement court, mais bien agréable pour cette fin d’après-midi, limite parfait pour une petite sieste sur l’herbe grillée.

MIDI_day two 27 juillet 2013_16

La scène se vide complètement, sauf des platines de DJ dans le fond, King Krule laisse la place à Mykki Blanco. De lui je ne connais pas grand-chose, à part son album.

MIDI_day two 27 juillet 2013_32

Il incarne une frange arty et gay friendly du hiphop, et aussi une sorte de Princess Superstar au niveau de la créativité; de l’humour un peu grinçant et des productions. Le concert commence par deux morceaux d’introduction par un acolyte très en forme, vêtu d’un short italien du meilleur goût (NSFW attention), la magie de la Toscane sans doute.

MIDI_day two 27 juillet 2013_30

En tout cas l’introduction est bien emballante et lorsque Michael Quattlebaum, Mykki Blanco, arrive sur scène tout le monde est bien prêt à suivre son flow redoutable et à danser sur ses productions.

MIDI_day two 27 juillet 2013_33

Au niveau look, il a opté pour le short de sport en spandex et les portes jarretelles, sobre. Je m’étais un peu renseigné sur le personnage avant, j’avais vu plusieurs textes unanimes qui vantaient son énergie, et sa générosité en live, et je dois dire que tout ce que j’avais lu était bien loin du compte !

MIDI_day two 27 juillet 2013_37

Le set est explosif, le flow du gars va à deux cent à l’heure et dans ce qu’on peut comprendre, les textes sont bien incisifs et humoristiques. Il finit son set par un petit stage diving, histoire de bien terminer.

MIDI_day two 27 juillet 2013_41

Changement de plateau avant Aluna George, la nuit est tombée sur les pins parasols. Aluna George est un duo de neo r’n’b, encensé par la presse indie, ils sont aussi connus pour les danses de la chanteuse Aluna Francis et sa capacité à avoir des articulations en plus au niveau des hanches, donc on attend bien entendu avec impatience sa prestation.

MIDI_day two 27 juillet 2013_42

Le concert commence, dès le départ on sent les influences bien marquées, on pense à toute la frange électro du rnb des années 90 (Timbaland and co, Aaliyah (?)). Donc un mélange, entre ça et ça, mélangé avec CHVRCHES ou Janelle Monae (attention les liens peuvent potentiellement faire saigner vos oreilles, on décline toute responsabilité, hein).

MIDI_day two 27 juillet 2013_46

En gros vous aurez compris que le duo Aluna George surfe entre l’électro à chant un peu indie et le gros rnb qui tache, entre guilty pleasure et indie cred “pitchfork ready”.

Le concert est un peu inégal du coup, il y a de bons moments, mais on dirait que Aluna est scotchée au sol, pas très communicative, elle fait le boulot mais on ne peut pas dire qu’elle déborde d’enthousiasme ou de charisme, et ce n’est pas son petit camarade de front de scène qui va l’aider.

MIDI_day two 27 juillet 2013_51

D’ailleurs la disposition sur la scène est symptomatique, il y a bien des musiciens de live pour la partie rythmique (des requins de studio d’ailleurs), et devant les deux membres du groupes, le clavier un peu sur le côté et Aluna toute seule devant, qui porte tout le groupe; pas simple pour enflammer tout le monde.

MIDI_day two 27 juillet 2013_54

Le concert n’est pas inoubliable mais il se marie bien avec la soirée très équilibrée de ce samedi soir, une sorte de montée en puissance pour le final très attendu.

MIDI_day two 27 juillet 2013_63

Le final de la soirée à l’hippodrome en question : Mount Kimbie, s’installe longuement sur scène. Pour jouer leur disque ils ont visiblement besoin de matériel. J’attends pas mal de ce concert, car le disque avait été une des très bonnes surprises du printemps (lire ici).

MIDI_day two 28 juillet 2013_69

Après de longues minutes d’ajustement (oui il faut accorder les synthés et la MacBook, t’vois) ça commence, le duo est accompagné par un batteur sur la scène et on peut se douter qu’il y aura peut-être un invité surprise pendant le concert. On retrouve le son pârticulier du groupe, entre dubstep élaboré (l’école Burial et confrères) et électro raffiné, « l’originalité » de Mount Kimbie étant d’ajouter des voix en live et des guitares jouées en vrai. L’ensemble donne donc une impression de cohérence et de puissance au premier abord.

MIDI_day two 27 juillet 2013_66

Le souci ? La souci c’est que cette volonté de jouer vrai se fait parfois au détriment de l’efficacité, et affadit même parfois des morceaux qui n’ont pas besoin d’artifices.

MIDI_day two 28 juillet 2013_70

Heureusement dans l’ensemble il y a l’invité « surprise », King Krule qui vient chanter et qui nous rappelle à quel point sa voix peut se marier à tous les styles et réellement magnifier des morceaux. Mount Kimbie nous livre donc une prestation sans surprise, qui laisse un goût d’inachevé même si parfois il nous ont offert des moments rares et vraiment plaisants.

A très vite pour la partie 3, le troisième jour, à la Villan Noailles.

3 Comments Join the Conversation →


  1. Happiness In Uppsala » MIDI Festival 2013. Jour 1. Vendredi 26 juillet 2013

    […] MIDI Festival 2013. Jour 2. Samedi 27 juillet 2013La thérapie du Chamallow à la Comédie des Trois BornesParoles de festivaliers. MIDI Festival 2013MIDI Festival 2013. Jour 1. Vendredi 26 juillet 2013Report Photo. Toutes les photos des Vieilles Charrues 2013Les Vieilles Charrues jour 2. Dimanche 21 juillet 2013 – Main Menu –Agenda Le Blog Concours Interviews Chroniques – Concerts – Disques – Concerts dessinés – Théâtre – Livres – – BD Les internets – La revue du web On aime ! […]

    Reply
  2. la cata pour toi

    Tout faux, pas dedans! & arrête les ‘references’ c incom_grue!

    Reply
    1. Stephane

      En français ça donne quoi?

      Reply (in reply to la cata pour toi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *