Autechre – Exai (Warp Music, 2013)

Exai_Packshot_600

On est en 2002, J’ai 20 ans (ou pas), et toi, la jolie blonde, tu ne dois pas avoir beaucoup plus, plutôt moins même d’ailleurs.  J’ai aussi un copain avec des cheveux longs qui aime les mangas ultra violents et dessiner de fanfictions érotiques avec le bassiste canard de Primus. Je suis une ombre dans l’amphi. Tu me prends pour un nerd, tout ça parce que j’aime plus les jeux de rôle  et les ordinateurs que les sorties. D’ailleurs sur mon ordinateur je fais de la musique électronique pour moi tout seul. Je suis une ombre. Mais chez moi quand j’écoute de l’electronica (IDM pour les intimes, donc) je suis le roi, je savoure les mélodies toutes cassées d’Autechre, d’Aphex Twin, et la créativité sonore de Funkstörung. C’était trop bien les années 2000.

Maintenant c’est 2013, les vieux bandits d’Autechre, Rob Brown et Sean Booth  sortent un nouveau disque : Exai . Ça commence par Fleure, et là, c’est HG Wells pour de vrai, dans ma vie.

On avait laissé le groupe à Confield (2001) et un peu à Quaristice (2008) et on les retrouve exactement au même endroit, fidèles au poste, les années n’ont pas eu de prise sur leur son, elles n’ont pas eu non plus de prise sur leur esthétique.

La différence ? C’est que maintenant tout le monde loue Autechre, la musique des outsiders et des freaks est devenue norme, et le plus incroyable dans l’histoire, c’est que les productions du groupe n’ont pas varié d’un pouce (peut-être plus de synthés, et encore).  Mais en même temps, en y réfléchissant, je ne m’attendais pas à autre chose, ils n’allaient pas se mettre à faire de l’Animal Collective ou du Skrillex. Un album d’Autechre c’est aussi un col de première catégorie du Tour de France, ça commence tranquillement, et puis après la répétition des efforts use même les plus aguerris.

Au deuxième morceau, irlite (get 0),  raidillon bruitiste de dix minutes, on comprend bien que l’on n’est pas là pour rigoler. Le duo façonne un paysage sonore riche, entrecoupé de bruitages électroniques étranges et saturés, traversé par des basses sorties de nulle part, et rythmé par des programmations gorgées de distortion.

Et c’est la même recette éprouvée dans chacun des 17 morceaux (oui quand Autechre sort un truc, c’est long et riche), on retrouve toujours tous les éléments des débuts de l’electronica (tuinorizn, spl9) , on pense à leur contemporains oubliés, à leurs contemporains qui se sont perdus en route : dans le désordre, Aphez Twin, Phluxus, FunkStörung, Plaid, Bogdan Raczinski, SquarePusher etc… Ils s’essaient (agréablement) aussi à l’ambient (bladores), histoire de varier les plaisirs, ils restent fidèles à leurs recettes éprouvées et à leur savoir-faire sonique intact.

Si vous recherchez de l’accessibilité immédiate, ce n’est pas vraiment ici qu’il faut chercher.  Même si ça fait cool d’écouter Autechre maintenant, je prédis une grande lassitude au bout de 10 minutes et un abandon rapide, ce n’est pas si grave, vous pourrez toujours gloser sur l’esthétique de la pochette ou sur la poésie des souterrains.

Pour résumer, un disque montagne, qui part un peu dans tous les sens, sans doute pour chercher à occuper le large spectre des inspirations du duo. Si le manque de cohérence artistique peut parfois étonner, et/ou rebuter.

Il peut aussi faire office de lien mémoriel avec l’âge d’or de l’electronica et son évolution depuis dix ans, et il peut aussi convertir des auditeurs patients, des oreilles  qui auraient envie de découvrir ce style de musique sans concession.

Pour acheter le disque c’est ici.

Bonus !

2 Comments Join the Conversation →


  1. JENESAISPLUSMONANCIENPSEUDO

    Cher Author,
    Je voudrais revenir, si tu me le permets(hein?), sur la comparaison avec le col du Tour de France. Pourtant passionné par les cycles en tout genre, je ne comprends pas.
    Musicalement. La bise.

    Reply
    1. Stephane

      Eh bien, si tu écoutes le disque, la métaphore devrait être plus parlante.
      Col du Tour de France = difficile, souffrance, mais bonheur à la fin.
      La bise.

      Reply (in reply to JENESAISPLUSMONANCIENPSEUDO)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *