JC Satàn – Faraway Land (Teenage Menopause 2012)

JC Satàn sort son troisième album, après les déjà très chouettes Sick of Love (celui avec les nichons) et Hell Death Samba (oui celui avec les deux pigeons au regard doux et mystérieux). Là comme couverture, c’est une peinture représentant les deux chanteurs du groupe, sans doute inspirée (un peu) par la l’art italien de la Renaissance. Ils  nous regardent un peu fixement, la fille a un sourire énigmatique et le gars se fait caresser les cheveux, du coup il a envie de dormir, donc son regard est un peu perdu (sans doute une allusion à un des deux pigeons). Mais l’air satisfait et confortable des deux semblent nous promettre beaucoup de bonheur à l’écoute.

C’est parti.

L’album commence avec le très noisy (limite à la Sonic Youth des grands jours) Legion, des petits bruits de carillons, une basse puissante, la voix distordue de Paula la chanteuse ; tout est parfait pour une mise en bouche. C’est dissonant, poisseux et déjà on se voit au concert en train d’hocher la tête comme un perdu au milieu d’une foule en nage. Ensuite c’est le morceau titre de l’album, Faraway Land, moins bruyant, mais là c’est le côté pop du groupe qui s’exprime, mâtiné d’un peu de psychédélisme de bon aloi.  En gros je me dis qu’après deux morceaux, et environ cinq minutes d’écoute, j’ai été totalement conquis par la dernière production des franco-italiens.

On voit bien là tout l’intérêt du groupe, l’essence de leurs disques et de celui-là en particulier. On oscille sans arrêt à la frontière de plusieurs genres, on sent des influences bien digérées que le groupe réinjecte au fil du disque.  Des exemples ?  Dans le désordre on a  : Psalm 6 et son style power pop so 1997, le rock’n’roll limite stoner de Dragon, le déluge sonique de Faraway Land II et de More Power (qui fait penser assez fort, encore à Sonic Youth et consorts bruyants).

Pour résumer le disque, onze morceaux de fureur, de guitares distordues libérées, de voix révolutionnaires, de couplets hurlés et dissonants.  Et ce sont aussi onze morceaux de plaisir interrompu, parce que forcément trop court. Vous sortez quand un disque avec 99 morceaux les gars (et filles) ?

JC SatànFaraway Land (Teenage Menopause)

1 Comment Join the Conversation →


  1. Happiness In Uppsala » Présentation des 34e Rencontres Transmusicales de Rennes. Du 5 décembre au 9 décembre 2012

    […] originale: Licornia qui sera jouée par les artistes du collectif, et nos groupes chouchous : JC Sàtan, Crâne Angels et Petit Fantôme se produiront aussi à l’Aire […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *