Une visite inopportune à la Comédie Nation

visite

Back to the 80’s. En pleine hécatombe du SIDA. Cyrille, double théâtre de Copi, lui-même comédien, est en train de mourir, lui-aussi. Il fête les deux ans de “son SIDA”. Entouré d’Hubert, son ami dévoué, d’une infirmière un rien nympho et passablement déjantée et d’un professeur qui ne va pas très bien non plus, il va accueillir d’autres visiteurs bien étranges, un journaliste mutique et une diva hystérique. On assiste alors à un déjeuner pour le moins étrange, à la fois drôle et malaisant où le burlesque se mêle à la tragédie.

Si la maladie est au cœur de la pièce, Copi – qui en profite quand même pour saluer l’incompétence du corps médical, en fait un prétexte à une vraie farce avec son lot de confrontations délirantes, dont on ne sait trop si elles ne sont pas le fruit de l’esprit enfumé par l’opium de Cyrille. Le médecin ne lui dit-il pas “dans la vraie vie, vous seriez déjà mort.”?

La cantatrice, travesti,  qui se fait lobotomiser et devient le monstre de Frankenstein du professeur, apparaît comme la figure angulaire de la pièce. Ange de la mort? Inattendu, mais c’est bien possible. J’aime assez, cela dit, l’idée de passer de l’autre côté accompagnée par une queer magnifique!

Passée la surprise de voir une femme jouer le rôle de Cyrille (j’avoue ne pas comprendre ce parti pris, mais soit, l’actrice est excellente), on se réjouit devant cette comédie de mœurs excentrique dans le bon sens du terme et au rythme effréné. On est parfois étonné que les comédiens en fassent trop (ou alors pas assez) mais cela demeure très cohérent relativement à l’univers de Copi. Ils parviennent à rendre compte de cette esprit si particulier, cynique, sexuel, absurde et extravagant, et s’ils versent parfois dans le surjoué, ils ne font jamais oublier l’intelligence, l’acuité et la sensibilité du texte.

La mise en scène et le jeu de lumière réussissent eux à restituer un jeu permanent entre le drame et la comédie, le sublime et le banal. Ils fournissent un vrai et rare sens pictural à la pièce qui donne à voir des tableaux splendides.

Cette “visite inopportune” n’est vraisemblablement pas la meilleure mise en scène de Copi et souffre de quelques faiblesses mais elle révèle une metteuse en scène et des acteurs prometteurs et nous réserve un excellent moment de théâtre. Ne boudons pas notre plaisir!

 

Une Visite Inopportune de Copi à la Comédie Nation
 Mise en scène : Lydie Navez
Avec Olivier Clerc, Madeleine Marchal, Rémy Maillé, Sarah Monjaret, Jonathan Pinto-Rocha, Hoël Troadec

 

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *