Route du Rock 2014. Premier jour. Jeudi 14 août 2014

 

SONY DSC

Ça a débuté comme ça. Un jeudi d’août, debout sous une pluie battante, et les pieds dans la boue ; en regardant des gars qui déroulent leur répertoire sur la grande scène. On a raté Angel Olsen, la petite princesse indie pour cause de files d’attentes et de questions logistiques. Un festival est toujours une aventure ou un voyage et il faut bien que ça commence de manière un peu chaotique.

Au niveau chaos, ça se passe plus dans l’enceinte du festival que sur la scène, les War on Drugs font leur minimum syndical, à savoir du rock FM indie, pas désagréable, mais qui ne donne pas vraiment envie de sauter en l’air (en même temps on peut pas).

SONY DSC

La piscine du Fort de Saint Père est elle aussi au rendez vous comme au plus grands moments des étés malouins, le ballet du camion éponge me fascine un peu, mais je me dis que revoir enfin Kurt Vile est peut être (sans doute) une bien meilleure idée.

DSC01070

Le Kurt est bien sur la scène, il n’est plus inquiété par la pluie et il fait le boulot. Le concert commence par Wakin on a Pretty Day, et c’est bien dans l’ambiance des disques du bonhomme. C’est à dire qu’on est entre stoner et rock pop old school (j’oserais presque parler de set inspiré par le meilleur (!) de Dylan dans les années 1980…).

SONY DSC

Mais là on sent que les compositions ne sont pas tout à fait adaptées à l’heure. On peut dire que ça permet un plutôt bon warmup pour la venue des foufous de Thee Oh Sees !

SONY DSC

Avant, il faut quand même faire le petit pèlerinage vers la scène dite des remparts pour voir le son soft pop de Real Estate, le groupe de festival inoffensif mais pas désagréable, aussitôt vus, aussitôt oubliés. Il subsiste quand même un reste de douce torpeur et de jolies mélodies dans la tête.

SONY DSC

Chez les Thee Oh Sees, on est pas là pour la sieste et ça attaque à fond dès le premier morceau. C’est gentiment brutal mais en même temps le son est très clean. Le public réagit bien et pogote gentiment dans la boue en hochant bien fort la tête.

SONY DSC

Jonh Dwyer a l’air bien en forme, et ses musiciens tout neufs sont au top aussi, ça joue vite et ça enchaîne bien vite. L’ensemble est quand même un petit peu trop propre et il y a un petit manque de folie, ou de fureur.

SONY DSC

Peut être le moment de la maturité pour le groupe, ou alors ils sont peut être devenus un groupe de festival avec les moments programmés, sans trop de spontanéité, le solo à 1’30, le synthé fou à 3′, monter sur le retour au milieu de la chanson 5 du set… etc.

SONY DSC

Un petit passage sur la scène secondaire pour voir les Fat White Familly qui sont plutôt agités, comme prévu. J’avoue ne pas avoir fait vraiment attention à ce qui se passait sur la scène, mais on en a ramené quelques chouettes photos, l’agitation étant toujours photogénique.

SONY DSC

[toggle_box] [toggle_item title=”Allez un bonus NSFW de Fat White Familly” active=”false”]

du fun on vous dit
du fun on vous dit

[/toggle_item]

[/toggle_box]

La fin de la soirée pour nous ça a été Caribou, qui a offert au public une très belle répétition. Entourés de ses musiciens qui en font des caisses.

SONY DSC

Il a bien sûr joué ses tubes qu’on a tant aimé il y a quelques années (Sun et Odessa). Mais ce n’est clairement pas ma période préférée du canadien qui est à l’honneur, et finalement vaincus par une attaque de festival un peu rude au niveau conditions, nous décidons de rentrer dormir un peu.

SONY DSC

Tant pis pour Darkside du coup, mais ce qu’on a entendu depuis le camping ne présageait rien de trop ou d’immanquable. 

Spécial bonus !

DSC01068
Meilleur spot de la Route du Rock, chaque année.

 

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *