Jaromil : l’interview augmentée.

Jaromil
Jaromil

 Jaromil ça vient d’où ? Une allusion à Milan Kundera ?

 Oui complètement, c’est le prénom du personnage principal de la Vie est Ailleurs, que j’ai lu au moment ou j’enregistrai le premier demo album en 2004. Je voulais un nom qui ne sonne pas trop anglophone. Et j’avais bien aimé ce personnage en fait.

 (Et tu mets des shorts de sport ou bien?)

 ***rires***

Non !

Du coup, peux tu nous parler de ton projet ? Comment il est né ?

Ça remonte à loin ! J’avais déjà un groupe au lycée dans les années 90, on chantait en anglais et on avait fait quelques tentatives en français. Mais en fait, en français on était tous tellement exigeants avec cette langue qu’on avait beaucoup de mal à se détacher d’influences comme Dominique A ou Diabologum. Du coup on faisait du sous produit, alors j’ai très vite abandonné cette langue et en plus je m’exprimais beaucoup mieux en anglais. J’avais beaucoup moins de pudeur.

De toute façon ma culture musicale est beaucoup plus anglo saxonne.

Lorsque ce groupe s’est arrete, j’ai donc créé le projet Jaromil.

En quelle année ?

En gros le projet date de 2004. C’était à la base un projet solo qui est devenu duo, puis un groupe et qui est redevenu un duo.

Si tu devais citer des influences ?

Oh il y en a plein !

J’ai bien deux trois idées, mais je pense que ça serait mieux que ça soit toi qui les dise !

Il y a les Beatles, évidemment, et aussi Radiohead, sans complexe, est un groupe qui m’a beaucoup influencé. J’ai aussi eu une grosse claque à la fin des années 90 avec l’avènement du post rock, Mogwai, Silver Mt Zion, Godspeed Black Emperor.

Donc plutôt le postrock lent et triste.

 Oui voilà, j’ai eu une grosse période comme ça où je faisais des morceaux assez longs, et étirés. Puis je suis revenu à des formats plus courts, tout en essayant d’intégrer cette influence musicale, dans les textures et les notes, mais le format est plus court, plus pop.

La deuxième grosse claque ça serait le rock belge des la fin des années 90, Deus, Girls in Hawai, Ghinzu, Sharko. Ce sont des gens que j’apprécie pour leur énergie, leur mentalité et la façon dont ils procèdent.

 Tu parlais de Radiohead,comme influence assumée ?

Ah oui complètement, énorme influence assumée, je pense que ça s’entend. C’est vrai que la première fois que j’ai entendu sa voix j’ai su que jamais je n’arrêterai de l’écouter. Il a une fréquence magique, dès que j’entends sa voix j’ai une Fraise Tagada qui s’affiche. C’est un bonbon quoi.

 Et Placebo ?

 Ah oui j’ai aussi un peu écouté.

Je dis parce que j’ai pensé à ce groupe pendant ton concert, le jeu de guitare et cette manière de placer sa voix.

C’est peut être lié plus à une influence antérieure qui est les Smashing Pumpkins. Je suis toujours encore très fan des Pumpkins, peut être pas ce qu’ils font maintenant, hein. Mais j’écoute encore les vieux albums. Placebo j’ai plus de mal à écouter les premiers albums. 

Et donc tu viens de sortir un disque ?

Oui, c’est un EP en vinyle et CD.

Il s’appelle ?

 Alors c’est The Usual Shit You Tell Someone Who Is In Pain.

 Sur toutes les plateformes, Deezer, Spotify ?

Oui exactement, et principalement sur bandcamp.com qui reste la plateforme la plus intéressante pour acheter et pour écouter. On peut aussi trouver les vynil sur bandcamp si on n’est pas à Paris. A Paris on le trouve bien sûr chez Toma aux Balades Sonores.

 Tu peux nous parle un peu de cet EP ?

 Alors c’est un EP qui sort après trois ans de silence sous le nom de Jaromil, mais j’ai quand même participé à beaucoup d’autres projets musicaux en tant que musicien (bassiste, guitariste, clavieriste). J’ai continué à écrire des chansons pour Jaromil de mon côté. Mais je savais dès le départ que je ne pouvais plus compter sur les musiciens des albums précédents.

Qui étaient passés à autre chose, qui avaient changé de vie. Mais j’ai eu envie de sortir un disque sous ce nom. Peut être même le dernier sous cette forme ou pas. J’avais envie de faire un disque qui soit possiblement une fin. Le précédent était encore assez rock et juvénile, là celui là est plus tourné vers la sincérité et l’émotion. Il va plus vers des ambiances beaucoup plus intimes, sans peur de la tristesse éventuelle, en essayant de garder une énergie, notamment en live.

C’est toi qui l’a réalisé tout seul ou bien a t il été travaillé en duo ?

Je l’ai produit tout seul mais j’ai quand même été aidé sur l’écriture, par Hini Enda qui est une artiste d’art contemporain, scénographe et performeuse et musicienne. Je la connais depuis le lycée, et on a beaucoup fait de musique ensemble, et il y a pas mal de choses qui se parlent sans qu’on ait besoin de se dire. Elle m’a vraiment aidé pour l’écriture.

Quand tu parles d’écriture, tu entends quoi ?

Je parles à la fois des chansons et de la musique. Elle est plutôt clavieriste et j’avais pas mal d’envie pour les claviers de ce disque mais pas forcément les doigts pour. Elle m’a aidé pour ça, elle n’est pas disponible pour les concerts malheureusement, mais son aura reste omniprésente. Et il y a aussi Frederico Pellegrini le chanteur des French Cowboys qui fait un featuring au chant (et à l’écriture) sur la chanson Tell Me Mother. La chanson la plus rock du disque !! J’avais vraiment pensé à lui pour ce morceau et j’avais envie de lui laisser le chant, je ne savais pas s’il allait dire oui, mais non seulement il a dit oui, mais en plus il m’a beaucoup gâté, il a fait un texte excellent et il m’a envoyé un piste de voix très belle, avec les chœurs et tout, super complète ! Je le remercie mille fois pour ça.

 Pour le site, je demande toujours lors des interviews, les albums préférés des artistes, des disques qui les auraient marqués tant au niveau personnel qu’artistique.

 Alors 5 ? Waaa c’est peu.

[toggle_box] [toggle_item title=”Sergent Pepper, The Beatles” active=”False”]Ah ben y a pas[/toggle_item] [toggle_item title=”Ok Computer, Radiohead” active=”false”][/toggle_item] [toggle_item title=”Ideal Crash, DEUS” active=”false”][/toggle_item] [toggle_item title=”Come On Die Young, Mogwai” active=”false”][/toggle_item] [toggle_item title=”Boxer, The National” active=”false”][/toggle_item] [/toggle_box]

T’écoute quoi en ce moment ?

J’écoute beaucoup The National en ce moment, ils sont revenu à quelque chose du début qui me touche beaucoup. Je reviens souvent aussi quand même à du Pavement ou des trucs à la cool comme ça.

Merci pour tes réponses !!

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *