VISIONS #2 – Deux jours bien remplis. Vendredi 8 août et samedi 9 août 2014

Visions 09082014-26

La deuxième édition de Visions, un tout nouveau rendez vous du mois d’août qu’on aimerait voir devenir un jalon de nos étés musicaux.

Le vendredi a commencé fort, par une pluie discontinue pendant le montage de tente dans le très joli camping avec la mer à côté (un peu rustique, mais la vue est parfaite -à marée haute, s’entend hein-).

Premier concert, avec la pop subtilement aérienne des rennais de Bantam Lyons, qu’on suit depuis un petit moment maintenant. Le concert est assez différent de ce qu’on peut écouter du groupe sur leur EP (on a eu l’explication après lors de l’entretien avec le groupe, ça arrive bientôt). On reconnaît bien sûr la voix très particulière du chanteur, mais les interprétations sont plus énergiques.

Visions 08082014-5

En même temps, on sent aussi qu’il y a une évolution vers un ensemble plus planant, comme le genre de truc où tu danses en fermant les yeux comme au cercle de percus. Il y a même des moments qui à l’écoute promettent des lendemains qui chantent.

Visions 08082014-24

La prestation de Strasbourg a été un autre des moments forts de ce vendredi. Avec des synthés qui cognent, fort, et une voix un peu monocorde qui convient parfaitement au genre. De la vraie truc [insert appellation] wave, c’est froid et brutal mais curieusement en même temps on a envie de danser doucement et de crier notre joie triste à intervalles réguliers. Je repense un peu à Scorpion Violente vus ici même l’an passé.

Visions 09082014-4

Le groupe oscille toujours entre rythme martiaux glaçants et chaos bruitiste contenu, du coup on ne s’ennuie pas et on a déjà oublié les intempéries du début de soirée, pas de doute c’est le moment où on s’est dit que le festival était bien lancé.

Visions 09082014-16

Une autre bon moment de la soirée a été bien entendu la prestation de fous furieux des Cheveu. J’aimais déjà beaucoup leur dernier disque, et j’avoue que j’attendais avec impatience leur prestation live. Et ils ont tout donné. Concert à 100 à l’heure, le chanteur monté sur ressorts et alimenté en 3000 volts, il bouge partout, monte sur les retours, jongle avec les micros, martyrise ses machines. Le reste du groupe est à l’avenant avec un guitariste très mobile lui aussi, mais qui paraît presque léthargique à côté du volume de jeu du chanteur.

Visions 09082014-17 (2)

Les poètes punk enchaînent les morceaux à toute vitesse et on n’a pas le temps du tout de s’ennuyer. On pense un peu à Metal Urbain, avec la boîte à rythme survitaminée. Bien sûr, on retrouve les tubes, dont ma favorite absolue Slap And Shot, et il me semble avoir aussi entendu une version super énervée de Quattro Staggioni. Les gars, qui sont présent sur presque autant de festivals que Fauve cet été, ont bien sorti la boîte à claque et à danse énervées à Traon Nevez cette année ! Et c’est un des grands moments de ce weekend , et le point d’orgue du premier jour.

Visions 09082014-3

Le deuxième jour commence gentiment avec de la pop à bricolages, qui semble être un style à elle seule. Sur la scène une fille blonde agite un tambourin et chante gentiment entourée d’un groupe de garçons. (Non non c’est pas ce que vous pensez, c’était Satellite Jockey)

Visions 09082014-28

Un bon moyen de fêter le retour d’un soleil un peu timide, le moment de goûter la gastronomie festivalière locale, et de boire la première bière de la soirée. Soirée plutôt tranquille, jusqu’à l’arrivée de Black Bug et de son duo synthé et batterie à la Zombie Zombie. Sa musique fait aussi penser aux anciennes compos de Carpenter (ce qui est plutôt bien pour ce genre de musique.

Visions 10082014-7

Une excellente préparation pour le choc sonique de la soirée, avec la prestation de Kap Bambino. La formule est très simple, un type aux machines qui lance des boucles et une furie surexcitée devant qui ambiance la scène. Et le tout sans jamais vraiment reprendre son souffle et sans balades.

Visions 10082014-2

Le tout donne une prestation bien efficace qui fait oublier la température un peu basse et l’humidité ambiante qui dure depuis deux jours. Si vous ne connaissez pas, surveillez les dates de concert, ou sinon vous pouvez essayer les disques, qui sont très bien mais qui ne font pas vraiment honneur à la furie et la violence des concerts.

Visions 10082014-9

Un peu fatigué par le concert, je reprends mon souffle en me demandant si j’allais faire des interviews de festivaliers, mais après quelques essais plutôt infructueux, je décide de patienter sur un fauteuil confortable avant d’aller voir si les Infecticide sont à la hauteur de leur réputation costumière.

Visions 10082014-10

Et effectivement le concert des gars est un régal pour les lieux, avec un monsieur lapin à la guitare qui ambiance bien l’avant scène avec son copain acteur de films d’espionnage bulgare. Vu l’heure, la musique est parfaite pour les derniers courageux. Ce qui prouve que l’ordre des groupes a bien été pensé pour une montée en puissance.

Mes pieds trempés demandent grâce, alors je décide de retourner à ma tente en suivant le chemin au travers des bois, en me disant que j’avais passé deux très chouettes soirées, et que l’année prochaine je resterai jusqu’au troisième jour !!

Et une petite galerie photo aléatoire des deux journées.

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *