On était à la Route du Rock. RDR2016

Du soleil ! S’il y a quelque chose à retenir de la route du rock cette année, c’est bien la présence du soleil tout au long du festival.Il n’y a pas eu la moindre goutte de pluie pendant les trois jours, à la place on a eu la fameuse poussière des beaux jours au fort qui a fait son grand retour.

RDR Jour 3 - Savages

A retenir aussi, une audience en forte baisse, malgré la programmation soignée, le fort ne sonnait pas creux comme lors des années de vache maigre, mais il y a eu des soirées où le public n’était clairement pas au rendez-vous. La faute à une météo bien trop clémente ? A un désamour des gens pour le format festival indie ? Le grand nombre de redites de cette année (le cirque Savages, les fous de Fat White Familly etc. ) ou un petit air de déjà vu ?

C’est parti 

Le premier jour on a commencé doucement, avec les Psychic Ills en fond sonore en faisant la queue pour le bracelet Cashless précieux sésame des festivals (surtout quand il fait aussi soif). Le duo américain déroule son rock psychédélique classique, pas mal pour une fin d’après midi d’août mais pas inoubliable, malgré un effort remarquable au niveau de la pose.

RDR Jour 1 - Psychic Ills

Le festival commence sérieusement avec la prestation impeccable de Kevin Morby d’un des résidents de la Route du Rock. Il joue un mélange de tous ses albums, et contrairement à cet hiver, il avait emmené avec lui un backing band du meilleur aloi.

RDR Jour 1 - Kevin Morby

On a bien revu avec plaisir ses mélodies rêveuses et ses tubes que l’on a usé jusqu’à la moelle; avec un peu plus de consistance que lors de l’édition d’hiver (et sous le soleil). Un des très bons concerts de ce premier jour (et du festival). Il aurait mértié sans doute de jouer un peu plus tard (d’ailleurs il a dit à un moment qu’il ne jouait pas souvent en plein jour.

RDR Jour 1 - Kevin Morby

Dans les bons moments de ce premier jour, il y a aussi le moment fan service des vétérans écossais de Belle & Sebastian. De retour au fort, ils ont enchanté leurs fans, en jouant un meddley de leurs classiques et de leurs production les plus récentes, on retrouve bien entendu des chansons comme Another Sunny Day, Piazza, New York Catcher ou The Boy With The Arab Strap.

RDR Jour 1 - Belle & Sebastian

A retenir aussi la prestation un peu ennuyeuse de Minor Victories, le super groupe qui a l’air d’avoir été créé pour les festivals. Rachel Goswell a bien mis ses plus beaux atours (passion sequins).

RDR Jour 1 - Minor Victories

Mais le résultat laisse un arrière gout de déception, c’est propre, mais on a l’impression d’avoir déjà vu ça plein de fois, et il n’y a pas vraiment de moments où le concert décolle.  Au final on assiste à une réunion de plusieurs musiciens, pour un résultat un peu convenu.

Le reste de la soirée, Haelos et son triphop moderne (sic) a joué sur la petite scène, un mélange de triphop 90’s mal digéré, mélangé avec du Foals et du London Grammar.  Ça gesticule pas mal, il prennent des poses Eurovision, mais au final c’est complètement creux et vain.

RDR Jour 1 - Haelos

Pour terminer, Pantha du Prince et sa capuche ont (bien) ambiancé la fin de soirée. On a déclaré forfait pour le final du jour avec Rival Consoles, parce que déjà vu aux Transmusicales et qu’il faut quand même s’économiser pour la suite du festival.

RDR Jour 1 - Pantha Du Prince

Le deuxième jour 

La deuxième journée de festival a été de loin ma préférée de cette édition. La programmation fournissait tout ce qu’un festival pouvait espérer, du rire avec LUH, une répétition live avec le nouveau groupe d’Annika, de l’émotion avec Tindersticks, de l’intensité sauvage avec Suuns et Battles et la très (très) belle surprise du concert de La Femme.

Commençons par le rire, le standup en festival est assez rare, heureusement Ellery Roberts est là. Le concert de LUH a ressemblé à un long naufrage.

RDR Jour 2 - LUH

On a eu droit à des poses grotesques, à des morceaux creux, avec le public qui semblait ne pas trop savoir ce qu’il fallait faire (applaudir, encourager ?). En plus, ils ne sont pas gâtés par la technique, avec quelques soucis de clavier, mais il y a vraiment des moments gênants, entre les poses outrées de la chanteuses et les samples horribles de gabber (je passe sous silence les chorégraphies).

RDR Jour 2 - Exploded View

La prestation de Exploded View n’est pas vraiment à retenir non plus. Handicapés par des problème de sons, le groupe livre une prestation qui s’apparente plus à une répétitions qu’à un concert (ou alors c’est vraiment mauvais, mais à ce point ça serait un sabordage).

Il y a eu aussi les chansons tristes des Tindersticks, un beau concert du groupe emmené par le droopy de la pop Stuart Staples ert sa voix très impressionante.

RDR Jour 2 - Tindersticks

Du côté des satisfactions, on a eu les concerts enflammés de Battles et de Suuns. Les premiers ont cloturé la soirées avec leur Math Rock pop, emmenés par leur batteur enragé.

RDR Jour 2 - Battles

Enfin la prestation des français de La Femme a été un grand moment, et une surprise tant leur maîtrise est impressionnante. Un très bon concert avec des tubes et une énergie débordante !

RDR Jour 2 - La Femme

Le dernier jour 

RDR Jour 3 - Fidlar

Fin du marathon le dimanche 14 août, avec une série de concert roboratifs (même s’ils n’ont pas tous été très convaincants).

Au niveau des belles surprises, la prestation enragée de Fidlar, qui a commencé directement le concert avec une reprise de Sabotage, hommage au Beastie Boys. ça a eu le mérite de réveiller tout le monde et de lancer leur concert sur les chapeaux de roues.

RDR Jour 3 - Fidlar

Les Sleaford Mods ont été eux aussi parfaits, leurs histoires du quotidien anglais rythmées par les beats synthétiques du gars aux canettes ont bien fait bouger les pieds épuisés par les trois jours intenses du festival.

RDR Jour 3 - Sleaford Mods

Les résidents de la Route du Rock Fat White Familly et Savages ont eu aussi tout donné pour cette dernière journée, avec des réussites différentes. Savages a fait un copié/collé de leur concert de l’an passé, sauf que maintenant la chanteuse est devenue mime et en fait (encore plus) des caisses; pour le reste l’énergie de l’an passé qui faisait oublier l’absence de vraies chansons s’est transformé en agitation un peu vaine, et en gesticulations grotesques.

RDR Jour 3 - Savages

Dans l’outrance eux aussi, mais avec un penchant plus rigolard et moins calculé, la joyeuse bande des Fat White Familly a fait le show, avec crowd surfing, éructations et strip tease, le tout avec le sourire.

RDR Jour 3 - Fat White Family

Galerie

 

 

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *