Chronique « Mademoiselle Frankenstein » à la Folie Théâtre

15 ans après la création de son Frankenstein, Mary Shelley, désormais veuve à la vie austère, se retrouve à l’endroit même où elle a imaginé son monstre, dans la maison de Lord Byron en Suisse.

Le poète, défunt, a laissé sa place à un étrange personnage, Lazarro Spallanzani. Au prétexte de lui remettre des manuscrits de son mari, Spallanzani a attiré Shelley chez lui. En échange, il lui demandera un peu de son temps pour comprendre ce qui a poussé une jeune fille de 19 ans à écrire un livre aussi sombre et diabolique…

Pièce d’influence gothique, la pièce « Mademoiselle Frankenstein » de Thierry Debroux dans une mise en scène somme toute assez classique mais non moins maline et qui sait parvient à restituer le mystère et le fantastique romantiques propres aux romans anglais du 19ème siècle.

Dans un atmosphère ténébreuse, Frédéric Gray campe un Spallanzani intrigant, entre raffinement et bestialité.  Christelle Maldague trouve le ton juste pour incarner une femme en deuil dont l’énergie et la curiosité ne demandent qu’à se déployer à nouveau.

Ensemble, ils tissent un tête à tête ambigu et souvent captivant où l’on retrouve avec un certain intérêt les grands thèmes du roman: mythe du créateur et de la créature rejetée, méfiance à l’égard du progrès et sombres destinées. Dans des conditions proches de la psychanalyse, Shelley et Spallanzani se dévoilent tour à tour pour mieux révéler leurs secrets et leurs traumatismes et, peut-être s’en débarrasser.

Le ton est juste, le jeu maîtrisé et subtil et un mobilier à l’esthétique steampunk sert de décors parfait pour ce huis-clos navigant entre faits historiques et imagination.

Alors, si l’on peut regretter un certain conventionnalisme et peut-être un peu trop de prudence, on aurait tort de bouder notre plaisir devant cette pièce intelligente et envoûtante.

« Mademoiselle Frankenstein » à la Folie Théâtre

Les vendredis et samedis à 21h jusqu’au 1er mars 2014

Mise en scène de Frédéric Gray et Géraldine Clément
Avec Frédéric Gray et Christelle Maldague
Bande son de Hugo Magagnin et Matthieu Dessemme
Décor de NoArt
Affiche de Matéo et Sandrine Terragno

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *