Un petit tour aux Trois Éléphants. Samedi 25 mai 2013

Une virée en Mâuyenne, ça se prépare psychologiquement et techniquement avec un kit de survie. L’affiche est alléchante depuis des années, alternant découvertes, groupes du coin, O.S.N.I et buzz indé du moment ou presque et des trucs plus mainstream. Cette année, on prend nos billets, enfin notre billet pour le samedi.
On arrive tôt, dur de se trouver une place, le festival est en plein centre et bizarrement dur à trouver. Quelques clios sur un parking avec des canettes, des camions avec des clebs enfermés qui hurlent  et des t_shirt « j’aime mon pays » (Sexy Sushi style) attirent notre attention.  Le décor est planté et très réussi.

IMG_1322

Pas grand monde à cette heure, le temps de découvrir le lieu, très travaillé et confortable qui se divise entre une cour, un coin bouffe, commodités, coin prévention (qui sera très utile, 5 bières pour 0.02g d’alcool, bizarre, vu l’état de certain(e)s en fin de soirée) décors très travaillé avec des machines à bases de chaines de vélos qui servent à rien, un patio et une arène, soit 2 scène à l’abri de la pluie (il n’y aura point de pluie, merci pour ça).

Important : acheter des éléphants bleus et jaunes : On achète nos éléphants jaunes et bleus qui nous permettront de ne pas nous déshydrater ou mourir de soif.

Les p’tits Lu de VON PARIAHS attaquent leur set. Le chanteur épileptique surement nous rappelle le maire de Londres en vacances à Palavas les Flots. Ian Curtis souvent cité pour eux, oui, il danse un peu pareil. Ces post punks mélodiques à T-shirt Fugazi,  très énergiques, commencent par jouer devant peu de personnes pour commencer mais ils rameutent la foule très rapidement. Ils ont de la bouteille depuis leurs début dans les 90’s et cela s’écoute à fond. Le concert, euphorisant se terminant en onomatopées jouissives, des cris qui résonnent encore dans nos oreilles.

Tiens, un éléphant bleu pour patienter la suite, les irlandais de VILLAGERS, avec un chanteur qui chante tellement bien qui n’écoute que lui et le clavier type Zazie qui nous fait regretter Ray Manzarek. Passons avec un autre éléphant bleu pi un jaune pour passer cet instant de variété insoutenable. ..

Le concert de BRNS nous colle une claque. Les belges dont je n’avais jamais entendu parler (je suis le seul a priori) sont complètement créatifs. Le batteur chanteur qui visiblement mène la danse chante comme un dieu et joue comme un dieu sans se prendre le micro en plein tête.. les filles me se pressent devant, je recule un peu car je n’entends plus que des cris amoureux. Concert épique, on a hâte d’entendre l’album.

Déçus d’avoir raté GULL la semaine d’avant au Sympatic Bar de Rennes (ou l’on jouait au baby pendant la fac) et déçus de l’avoir raté en début de soirée..  joie, le voilà pour un concert au cul du camion, au milieu de la foule qui s’amasse, à la Pneu.. Gull, s’est heu, un type capable de jouer de la guitare, chanter, faire des boucles et jouer de batterie en même temps et de théâtraliser sa présence, très forte. De premier abord dur à suivre, derrière son masque usé à micro cheap intégré, il nous emmène en pleine Afrique, ou il réalise d’ailleurs un documentaire sur ses rencontres musicales. Nous sommes les éléphants et nous venons nous abreuver sur son territoire (oh là, calme le jeu). Le gars, bien allumé le temps de son .. show, au point que quelques spectateurs le regardent avec un air « mon dieu il est malade ce type, c’est quand sexy sushi ? », s’appelle Nate et est juste trop cool puisqu’il acceptera de nous parler. Big up Nate !

SEXY SUSHI
Une meute de jeunes hurlante. Une fille au visage bleu qui hurle des textes « vrais » en français en escaladant la structure. Un type qui fait toujours les mêmes boumboum, Grrr Grrr Grrr BoumBoumm BRRR faites tourner les servietteuu. Un gros type cagoulé en string rouge  qui balance des baguettes de pain dans le public (véridique). D’autres types torses nus  qui s’amusent à se cramer les quelques poils du torse. Ouais. Pas de photos, on était bizarrement au bar rapidement. Skrillex a mangé Patrick Sébastien sodomisant les Bérus. Brrr..Weird !

JC SATAN
On arrive devant la scène pendant leur mini balance, ils sont beaux nos JC, mais 2 cons types hurlent « moustache » et insultent les déesses du groupe. A 2 doigts de la confrontation. Le concert s’en ressentira peut-être, par sa durée, mais pas par son intensité maintenant légendaire.

AMON TOBIN présente TWO FINGERS
DJ set avec plein de sons, ouais plein, tout ce qui existe comme sons improbables, tous les VST, en mix survitaminé, manquant peut-être de profondeur, mais qui plaira aux finisseurs de soirée. Je ne me rappelle plus à quoi cela ressemblait au début tiens.

Un bon festoche, même qu’on reviendra.

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *