« Pas de Gondole pour Denise » par les Caramels Fous

 

Pour leurs trente ans, les Caramels Fous reviennent sur scène avec un nouveau spectacle aussi drôle que généreux: « Pas de gondole pour Denise ».

 

 

Le principe dans cette chorale très gay est de reprendre les mélodies de tubes variété pour réécrire les paroles afin de raconter une histoire. C’est un parti pris qui à vue de nez – la comédie musicale parodique, peut faire un peu peur. Or, dès le premier morceau, on convient vite du talent d’écriture de Michel Heim, d’arrangement de Robert Suhas et du dynamisme qui anime chacun des artistes.

 

Cela commence dans un aéroport où se croise une belle collection de personnages, de la business woman sans scrupule au présentateur de télé sur le retour, de l’Emir à l’esthéticienne frustrée. Parmi eux, Denise, femme de ménage, lesbienne au grand cœur, qui va devenir l’anti-héroïne d’une comédie pétillante et jubilatoire qui joue sur les clichés et les stéréotypes.

 

Tout est absolument cohérent, malin et bien construit. Ni baisse de rythme, ni faute de goût ne viennent entacher ce spectacle joyeux et bien plus intelligent qu’il n’en a l’air.

Les artistes chantent et dansent avec un plaisir communicatif et les personnages masculins et féminins  qu’ils campent sont parfaits de drôlerie, nous surprenant sans cesse de postures et de chorégraphies à la fois justes et cocasses. On aime qu’il y ait tant d’audace sans pour autant d’outrance.

Le spectacle brasse avec adresse des sujets de société importants (discrimination envers les homos, mariages pour tous, voile, immigration, etc.) sans virer dans le déballage de thèses. Il rebondit plutôt dessus par de très adroits pieds de nez comme autant de démonstration par l’absurde.

Chacun(e) y trouve son compte tant le spectacle est généreux et donne des personnages auxquels s’identifier. Le public de la salle est conquis et nous aussi par la fraîcheur de cette comédie bien ancrée dans l’air du temps – notre goût pour les standards de la variét étant, lui aussi, je crois, dans cet air du temps. (mais n’y voyez pas d’opportunisme de la part des Caramels Fous!)

 

On ressort de « Pas de spectacle pour Denise » accompagné comme on a été reçu par la très souriante équipe de bénévoles de la troupe, avec un énorme désir de chanter, quelques crampes aux zygomatiques et l’envie, déjà, de retrouver cette joyeuse bande sur scène.

 

Si vous en avez l’occasion, rendez-vous ce soir ou demain au Théâtre du Gymnase. Sinon, de prochaines dates sont prévues en province.

 

 

Livret et paroles détournées : Michel Heim
Chorégraphies : Alma De Villalobos
Direction musicale et harmonisation des chœurs : Nicolas Kern
Création lumières : François-Eric Valentin
Mise en scène : Alma De Villalobos, Nicolas Kern et Michel Heim
Son : Yann Lemetre
Arrangements musicaux et claviers : Robert Suhas
Costumes : Guillaume Attwood et Frédéric Verdure
Régisseur général : Frédéric Morel
Supervision des décors : Thierry Quessada
Photo et affiche : Thierry Quessada
Site internet : Vincent Baillet

Les Caramels fous sur scène : Laury André, Vincent Baillet, Gaël Cesbron, Jérôme Cuvilliez, Julien Dalex, Arnaud Dugué, Thierry Durot, François Dussillol-Godar, Jérôme Guérin, Laurent Giordanengo, Alexis Haouadeg, Michel Heim, Yvon Huiban, Franck Isoart, Benoît Lacassagne, Laurent Lapeyre, Sébastien Ledoux, Miko, Laurent Plessi, Thierry Quessada, Jacques Rosé, Xavier Sibuet.

 

 

 

 

 

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *