Nightmares On Wax au Café de la Danse. Mercredi 6 novembre 2013

DSC04352

Pour changer des groupes à la mode, ce soir c’est soirée revival 90’s au Café de la Danse. Avec la venue de Nightmares on Wax. Nightmares on Wax c’est le projet de George Evelyn, connu depuis le milieu des années 90 pour sa musique teintée de soul, de musique électronique et de musiques urbaines.

DSC04228

Il y a une petite première partie qu’on croirait choisie pour ne pas faire tache avec l’ambiance revival, c’est Jasz, c’est tout sage et pas mal fait, une jolie fille qui égrène des chansons douces. Mais on se croirait devant une artiste myspace des années 2003 2004, vous voyez le genre : « merci de l’ajout, musicalement vôtre ».

DSC04202

Elle aime raconter des histoires, puisque chaque chanson semble liée à une anecdote, et donc à des discours un peu longuets.

Ce n’est pas l’idéal pour donner envie de danser, mais parfait pour entrer dans une douce torpeur, et pour se préparer à la tendance un peu guimauve de certains morceaux de Nightmares on Wax.

Nightmares on Wax est donc de retour sur la route pour présenter son dernier album, qui ne révolutionnera pas le genre, mais qui reste un très bon moyen de se souvenir de l’âge d’or des musiques urbaines hybrides (souvenez-vous) : allez voir Mo’Wax, Ninja Tune et consorts).

DSC04323

Comme beaucoup de DJs (presque tous) plus la carrière avance, plus ils veulent prouver qu’ils sont des vrais musiciens et pas seulement des pousseurs de galettes ou des lab. geek. Le live est un sujet très sérieux pour George Evelyn et ses camarades.

DSC04291

Il veut donner quelque chose de sérieux au public, que l’audience retrouve tout ce qu’elle aime dans les disques, lorsqu’elle voit les artistes sur scène. Le setup du live est donc un mélange entre instruments réels et matériel électronique, un mélange entre le traditionnel et le moderne.

DSC04337

Ce soir, sur la scène, on retrouve Evelyn derrière ses machines, accompagné des deux chanteurs soul, d’un percussionniste en boubou, et d’un batteur de live. La machine à faire bouger les pieds est donc complètement en place.

Au commencement le public est sagement assis, il observe le drôle de gars derrières ses machines et ses deux pasteurs soul (oui les deux gars ressemblent à des télé évangélistes enflammés). Puis au fil des chansons, et devant l’enthousiasme d’Evelyn et des gars, petit à petit, les gens se lèvent et dansent de plus en plus.

DSC04335

On retrouve les thèmes les plus efficaces du dernier album comme Be I Do. Et puis tout à la fin, alors que je commençais à me lasser un peu, les premières nappes d’une introduction bien connue se font entendre. Le groupe joue maintenant son tube absolu, Les Nuits, présent sur ses deux premiers albums sous plusieurs noms.

DSC04316

C’est le morceau idéal comme point final d’un très chouette concert, pas un moment inoubliable ou une prestation magistrale, mais du superbe boulot et le très grand plaisir de retrouver quelques morceaux madeleines, et de voir un public dansant.

DSC04301

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *