Mikal Cronin – MCII (Merge Records 2013)

Mikal-Cronin-MCII

Mikal Cronin est le petit prince de la pop énergique. Efficace en concert, un peu romantique, délicatement pop sur disque, avec des mélodies que ne renierait pas Rivers Cuomo. Il a un petit côté années 90, mais il est bien plus que ça. On sent la somme des influences, on peut même les dater en fonction des chansons, mais elles sont parfaitement digérées.

Weight, la chanson qui ouvre l’album avec son introduction au piano, puis le chant et un refrain avec la petite disto qui va bien nous met bien dans l’ambiance des années 90 permanentes et rêvées. On retrouve le même genre d’impression sur les chansons quoi suivent. Shout It Out, semi balade virtuose, presque parfaite pour danser sagement dans une soirée, ça doit être bien d’être un adolescent fan de Mikal Cronin, si avec ça tu n’emballes pas… See It My Way, qui tient presque de la chanson faite sur mesure pour un stade en furie, avec le refrain bien marqué et limite héroïque (enfin héroïco grunge quoi, le genre de trucs où tu bougeras tes cheveux quoi). Dans les bons moments je citerai encore Change et ses arrangements délicats, et I’m Done Running from You, avec son refrain et son solo à se rouler par terre.

Il y a sur ce disque des moments différents comme l’acoustique Don’t Let Me Go, le genre de chanson que tu peux jouer à la plage pour une fille qui n’en a rien à faire de toi, mais qui sera peut être touchée par ta sensibilité et ta maîtrise de la six corde de feu de camp, peut être même plus que par ta technique imparable de binge drinking et ton pull jacquard impeccablement noué sur les épaules. Mikal Cronin chante tout seul avec sa guitare sèche, et on se dit que vraiment le gars n’est pas seulement un garageux.

Et il y a aussi Piano Mantra, le très beau final du disque, tout en retenue, une petite voix plaintive : can you hear me or is it in my mind, des cordes toutes douces. Puis la chanson change un peu, le piano devient plus fort, plus présent, et puis en dernier, les vieux amis, la batterie, la guitare, et la disto, qui accompagne tout le monde, histoire d’enfoncer un peu plus le clou de l’émotion.

Puis le silence, fin de la chanson, du disque, le piano et un petit reste de feedback.

Now overdrawn / I am coming back home /Sink my roots and I’ll be gold / The open arms are giving me hope.

L’album est court, mais chaque chanson est riche, puissante et immédiatement marquante. A la fin de l’écoute, on est totalement repu, on peut penser que ce n’est qu’un hommage de plus aux années 1990, à la Yuck, mais c’est encore mieux que ça. L’éclosion d’un nouveau maître de la pop, la chrysalide garageuse est devenue un grand constructeur de chanson. Vous avez dit Nirvana ?

Mikal Cronin – MCII (Merge Records 2013)

1 Comment Join the Conversation →


  1. Happiness In Uppsala » State of flux // bilan. Les Tops 2013

    […]     (chro) Youth Lagoon – Wondrous Bughouse      (chro) Mikal Cronin – MCII      (chro) Alba Lua – Inner Seasons Darkside – Psychic     (chro) James Blake – Overgrown    […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *