Les Yeux Fermés #1 : Sommet, Blackmail et Sal Mineo (Xiu Xiu + Eugene Robinson) à la Flèche d’Or. Lundi 4 février 2013

Xiu Xiu Eugene Robinson 016 - 040213

On en a parlé sur le site de cette soirée Les Yeux Fermés #1 à la Flèche d’Or, on a même fait gagner des places. Je l’attendais surtout  pour revoir Eugene Robinson qui m’avait déjà bien impressionné au Supersonic Festival en octobre. La première partie est assurée par Sommet. Ils sont deux (c’est un duo, logique) et ont beaucoup de synthés. On se rapproche agréablement des BO de John Carpenter, dans le même ordre d’idée de ce que font les Zombie Zombie.

Sommet
Sommet

Ou bien, pour dire une vacherie, ce qu’aurait pu (dû) devenir M83, avant de se perdre en route et de découvrir le soft glam rock et les filles. (Voir notamment le morceau South Cole sur le disque)

Les deux musiciens sont doucement  arc boutés sur leur machines, entièrement dévoués à leur mélodies entêtantes, et à leur suite de volutes électroniques. Et les morceaux s’enchaînent sans temps mort.

Sommet
Sommet

Leur set est assez court mais c’est le début parfait pour cette soirée.  La mélodie idéale pour commencer par quelques nappes de synthé. De la musique exigeante, mais pas usante, pas prétentieuse, le genre de chose que l’on a plaisir à découvrir doucement.

Blackmail
Blackmail

Le deuxième groupe arrive sur la scène, ce sont les français (encore) de Blackmail, armés de leurs machines, de leurs percussions (et de leur blouson de cuir). La température baisse encore de quelques degrés sous le déluge froid de leur synthé. On est bien dans la continuité de Sommet, mais cette fois la voix du chanteur, donne un petit côté psyché /rock à la Suicide ou à la Primal Scream. Ici pas d’envolées lyriques, mais des mélodies lancinantes, des percussions froides et une voix omniprésente.

Blackmail
Blackmail

Le genre de chanson parfaite pour un matin de gueule de bois, (ou une journée d’ailleurs), le genre de truc qui te fait danser sans t’en rendre compte. Sur le disque je vous conseille fortement le très chouette A Miracle America.

On est là encore dans une musique pas facile au premier abord, et là encore les organisateurs ont visé juste, ce n’est pas de l’easy listening mais on se prend à trouver des ressemblances avec d’autre groupes aimés, on découvre et pourtant on apprécie déjà. Je ne connaissais pas le groupe, j’avoue, mais le concert a éveillé ma curiosité et conduit tout droit à l’écoute de l’album.

Xiu Xiu Eugene Robinson MR 001 - 040213

Une autre pause, et deux chaises en bois, toutes simples sont installées sur scène, une derrière une table occupée par un tas de fils, et de machines encore endormies et mystérieuses. Là je ne sais pas trop à quoi m’attendre, j’ai déjà vu séparément les deux gars. Je me souviens avec émotion d’Eugene Robinson s’agitant sous le déluge sonique de Merzbow (). Et aussi de Jamie Stewart, Xiu Xiu (on dit chouchou, hein, attention), élève appliqué de l’electronica emo à la fondation Cartier.

quand je dis que Jamie Stewart est studieux...
quand je dis que Jamie Stewart est studieux…

Ce soir pas d’idée préconçue, mais je me dis qu’au vu du déroulement de la soirée, ça devrait être de toute façon inattendu et sans doute surprenant. Déjà le nom, Sal Mineo, est étonnant, peut être un hommage à l’acteur de la Fureur de Vivre et d’ Exodus, disparu tragiquement en 1976. Début du set, ils sont assis tous les deux, Jamie Stewart est très concentré sur ses jouets, et Eugene Robinson  est assis sur sa chaise et déclame ce qui ressemble à des poèmes. On est  assez proche du son travail sur Fight ( Fight: Everything You Ever Wanted to Know About Ass-Kicking but Were Afraid You’d Get Your Ass Kicked for Asking, ouais tout un programme.) , entre spoken word ,poésie en prose et audiobook pour anglophile. Sauf que le fond sonore, c’est des bruits et ses sifflements préparés avec passion (et concentration) par Xiu Xiu.

Xiu Xiu Eugene Robinson 015 - 040213

On est clairement plus du côté de la performance que du concert ; Eugene Robinson s’agite, convulse, déclame des vers.  Pour résumer, il fait de l’Eugene R.  il captive l’auditoire, il hypnotise mais on sent tout de même que la performance ne tient que par son charisme, et sa faculté à attirer l’attention.

Xiu Xiu Eugene Robinson MR 011 - 040213

Le reste, même si c’est expérimental, n’est pas complètement novateur, c’est certes aride et exécuté avec sérieux, on sent la recherche de la texture, mais je ne suis trop client finalement (pour une fois).

not impressed tout ça
Not impressed

Fin du concert, le bloc des fans de Sal Mineo part en silence, Eugene Robinson va au stand qui vent son livre à la rencontre de son public. Et moi ? Moi je vais prendre un bus qui me ramène chez moi. Et je me dis que je vais réécouter Oxbow tiens.

Ah et aussi, un merci spécial à Marion Ruszniewski, photographe pédagogue et parfois mélomane, qui m’a sorti de mon souci photographique pendant Sal Mineo, et tant mieux, sinon vous n’auriez pas vu grand-chose du grand Eugene.

Oh et sinon Sal Mineo, l’acteur, chantait aussi.

et la galerie photo :

1 Comment Join the Conversation →


  1. Happiness In Uppsala » Gagnez des places pour la soirée Les Yeux Fermés #2 à la Flèche d’Or. Mardi 19 mars 2013

    […] la très chouette première soirée, on vous refait gagner des places avec nos amis de Kongfuzi pour la soirée Les Yeux Fermés […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *