Agenda pop-culture tout neuf de la semaine du 17 septembre au 23 septembre 2012

Elton John with parents photo by John Olson, London 1971
Elton John w/ parents photo by John Olson, London 1971.

Lundi 17 septembre

Eldorado Festival: Graham Coxon au Café de la Danse

Graham Coxon, mystérieux
Graham Coxon, mystérieux

Graham Coxon 
Camden plutôt moche. Un jeudi matin. Graham Coxon se faufile hors du café pour allumer une cigarette et jette un œil sur ce coin de Londres que, faute de mieux, insiste-t-il, il considère comme le sien depuis une vingtaine d’années. “Je n’aime pas les endroits, concède-t-il en souriant d’une drôle de façon qui laisse entendre qu’il sait que ce qu’il vient de dire peut sonner un peu absurde. J’ai essayé le Kent un an, pendant qu’il y avait des travaux dans ma maison, mais je ne m’y sentais pas mieux, alors voilà.”

De retour dans le café, Graham se blottit près de sa tasse et passe une main dans ses cheveux ébouriffés. De nature, les guitaristes sont supposés être des poseurs. Si c’était son genre, il aurait de quoi poser bien plus que la plupart des autres. En vérité, l’embarras est plutôt son truc. De manière presque furtive, durant les années qui ont suivi son départ de Blur en 2002, il a enrichi une œuvre qui, en comptant “A+E” à paraître cette année, pèse déjà huit albums. Peu de guitaristes, toutes générations confondues, ont été autant encensés que Graham. Noel Gallagher a dit de lui qu’il était le guitariste le plus talentueux de sa génération, et Jonny Greenwood, de Radiohead, a déclaré qu’il aimait “tout ce qui permet d’entendre Graham jouer.” L’année dernière, Fender a même donné son nom à une guitare : la Fender Graham Coxon Telecaster, pour être précis.
http://www.grahamcoxon.co.uk/

Apes & Horses 
Récemment en première partie des mystérieux Wu Lyf, Apes & Horses bien que français avance masqué. L’élégance des sonorités de The National soutenues par une voix sentant bon la fouge de l’outre-manche, pour des morceaux à guitares planantes et cœurs mélancoliques.
http://www.apesandhorses.com/

19h30 // 25,30€

Café de la Danse
5 passage Louis Philippe
75011 Paris
http://www.cafedeladanse.com/

Mardi 18 septembre

Masquer et Concorde au Café de la Danse

Une soirée avec deux groupes qu’on aime bien ! On y sera et on fera même un report.

C'est Concorde, c'est pas l'équipe de France de Tennis
C’est Concorde, c’est pas l’équipe de France de Tennis

Concorde
Deux ans après la sortie de leur premier EP 79 et une série de concerts en charmante compagnie (de Fujiya & Miyagi à Julian Casablancas), Clément Froissart et les frères Zippel vont sans doute tourner la page la plus importante de leur histoire commune. Candy Clash était l’un des secrets les mieux gardés de la scène parisienne, comme un trésor que l’on s’échange sous le manteau, Concorde est programmé pour séduire au delà des frontières. L’arrivée d’un quatrième membre n’a surtout pas brisé l’alchimie fondatrice de l’ex-trio. Bien au contraire. L’esthétique pop, les vieux synthés et la MPC ont toujours leur place mais la section rythmique s’enrichit d’une jeune frappe, Louis Delorme, devenu en quelques dates, aussi indispensable que le sirop d’érable sur la tournée de pancakes dominicale. Le son résolument plus brut, a gagné en profondeur. Concorde s’inscrit avec classe dans une dynamique ambitieuse, sans fioritures, au service d’une modernité (super)sonique assumée. Avec Concorde, c’est tout le savoir-faire mélodique des frenchies qui s’acoquine avec Television, Talking Heads, The Feelies… New York n’a jamais été aussi proche ! Pour matérialiser ce nouveau départ et se caler sur le dérèglement climatique, rien de tel qu’un single à la tonalité estivale. Ce sifflotement insouciant, trépidant hymne pour boum de fin de colo, prélude aux timides premiers baisers volés sous une boule à facette scintillante. Un magnifique clip illustre ce hit entêtant, de la chambre d’enfant jusqu’à la piste de danse, embarqué dans une somptueuse Jetta dorée (Pour rire un peu allez voir l' »interview » du groupe chez Paulette magazine, où la rédactrice parle d’une GTA pendant tout l’article sans se poser une fois la question que quand même c’est un peu bizarre). Cerise sur le gateau, la production du titre est signée Blackjoy, la direction artistique et l’identité visuelle du groupe ont été confiées à Akroe. Candy Boy comme rampe de lancement idéale pour un premier album, assurément épique, en 2012.
http://www.myspace.com/withconcorde (oui, un groupe moderne, ils sont sur Myspace)
http://www.withconcorde.com

Masquer
Le duo suédois Masquer reprend la new wave là où l’avait laissé The Cure en 1982 avec leur album Pornography. Une musique pop fiévreuse, mélancolique empreinte des tourments de l’adolescence. « Kicki a pour elle une voix déchirante qui vient dédramatiser le concours des reines de la pop scandinanve » Magic RPM / « Le premier album du duo suédois Masquer est somptueux, disons-le sans ambages  » Obsküre. « On est resté scotché… » Le Cargo. « Elégant et classe » Not For Tourists / « Retenez bien le nom de ce duo parce qu’ils n’ont pas fini de faire parler d’eux » (ah oui c’est vrai) Now Playing Mag.
http://masquer.se

19h30 // 16€

Café de la Danse
5 passage Louis Philippe
75011 Paris
http://www.cafedeladanse.com/

Mode Moderne et Cheers à l’Espace B (Concours sur le site)

Mode Moderne (post punk, new wave / canada) bandcamp
Dernière sensation venue du Canada, Mode Moderne débarque pour la première fois en Europe pour présenter son album « Strange Bruises ». Mode Moderne propose une new wave post punk à placer entre The Horrors, Wild Nothing, Crystal Stilts et les Psychedelic Furs.

Cheers (indie rock / paris) bandcamp
Malgré leur jeune age, les Cheers sont déjà une valeur montante de la scène rock parisienne. A découvrir de toute urgence

20h30 // 7€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Conférence: Faut-il autoriser internet au bac? à la Gaîté Lyrique

Parce que l’avenir n’est pas encore mort, nous avons plus que jamais besoin de l’explorer : ouvrons le tribunal pour les générations futures ! Détracteurs d’un côté, partisans de l’autre, les débats identifient les bouleversements d’aujourd’hui et les enjeux de demain.

L’école de Platon et Jules Ferry est à bout de souffle. Avec la révolution numérique, les profs ont perdu le monopole du savoir. Les cours en ligne font des millions d’adeptes de tous les âges. L’ordinateur soulage notre mémoire et libère notre intelligence. Alors pourquoi ne pas autoriser Internet lors des examens, comme le fait le Danemark depuis 2009 ? N’est-ce pas le meilleur moyen d’en finir avec la triche et de mettre tous les élèves sur un pied d’égalité ? Faut-il en finir avec l’apprentissage par cœur et l’évaluation de nos capacités de mémorisation ?

Cycle proposé en collaboration avec Usbek&Rica et en partenariat avec Radio Nova et Owni.

19h30 // 3-5€

La Gaîté Lyrique
3 bis, rue Papin
75003 Paris
http://www.gaite-lyrique.net/

Mercredi 19 septembre

Telepathe et Toys à la Flèche d’Or

Telepathe
Telepathe vient de Brooklyn, New York, et fait de la psyché pop de club. Grésillante, acidulée, fascinante et évaporée. Formé en 2004, Telepathe (prononcer « télépathy ») est un duo mixte, dont chaque membre vient du rock : ce qui les rapproche des Crystal Castles. Mais leur musique n’a rien à voir, bien plus lente et psychédélique. Composé de Busy Gangnes (ex Wikkid, groupe de punk avant-gardiste) et de Shahin Motia (débarquée desEx-Models). Deux guitaristes viennent les épauler, en la personne de Melissa Livaudais (First Nation) et Ryan Lucero (Mirror Mirror). Leur premier EP est sorti sur le label Social Registry, en 2007. Leur deuxième effort studio, toujours en format court, s’intitule Chrome’s on it, et sort le 14 octobre 2008.

Toys
Piloté par les parisiens Paul Prier et Bastien Doremus, deux fondus de machines et de synthés analogiques, Toys promet d’affoler les compteurs en 2013 avec leur pop électronique savante infusée à la disco. Sous l’oreille avisée de Pierrick Devin (Cassius, Adam Kesher…) ils présenteront leur premier EP « Natural Plastic » – sorti le 10 septembre. 

19h30 // 12€

La Flèche d’Or
102 bis rue de Bagnolet
75020 Paris
http://www.flechedor.fr/

L’Argent à la Gaîté Lyrique

Anne Théron et Christian Van der Borght proposent un spectacle déambulatoire entre performance et concert qui décortique jusqu’à l’os et dénonce avec une évidence tranquille et perturbante le nerf de la guerre: l’argent.

Avec Stanislas Nordey et Akiko Hasegawa.

 » Christophe Tarkos est un poète du flux verbal. Sa syntaxe explore le langage et fabrique une série de signes qui aboutissent à une langue nouvelle. Dans son texte, L’argent, il interroge la valeur de l’argent, infiltrée dans toutes les réalisations et mouvements de l’esprit, tous les gestes, qui n’est pas restée dans le domaine des jugements, qui est une valeur vivante. Ce texte est essentiel, non seulement par sa beauté (sa virtuosité pourrait-on dire) mais parce qu’il décortique le sens jusqu’à l’os, et dénonce avec une évidence tranquille et perturbante le nerf de la guerre : l’argent. L’argent, devenu pur flux financier, est une virtualité qui fonctionne sur des ordres donnés et des statistiques. L’argent n’a plus de support matériel, et pourtant il est aujourd’hui le flux dominant qui gère le monde. »

Travailler sur le flux financier ou les flux de données, en interaction avec le flux verbal du poème, exige un traitement particulier et participe d’une nouvelle grammaire visuelle, interactive et narrative.
D’un côté, deux interprètes, Stanislas Nordey et Akiko Hasegawa, deux langues, le français et le japonais, deux corps qui parlent, dansent, se figent, ou même encore retrouvent les gestes ancestraux d’une époque où le temps échappait au flux. De l’autre, cet environnement virtuel et visuel qui entoure les interprètes mais également les spectateurs, dans une esthétique purement numérique.Spectacle hybride, L’argent utilise des outils contemporains pour donner à entendre/voir/ressentir/penser le flux dans lequel nous refusons de nous noyer. Entre concert, chorégraphie ou purs moments de performance, le spectateur est emporté dans un spectacle où la parole et le corps s’opposent à l’univers virtuel.
Une proposition de Anne Théron et Christian Van der Borght, avec Stanislas Nordey et Akiko Hasegawa.

Texte / Christophe Tarkos (L’argent, in Ecrits Poétiques, éditions P.O.L, 2008.)
Avec / Akiko Hasegawa et Stanislas Nordey

Mise en scène / Anne Théron
Création sonore / Jean Reibel
Création vidéo / Christian Van der Borght
Artiste programmeur, concepteur régie vidéo temps réel / Philipe Boisnard
Création lumière / Benoît Théron
Scénographie / Ania Goldanowska
Régie générale / Amaury Seval
Traduction en japonais / Yukie Nakao
Production – diffusion / Emilie Leloup

Durée: 55 min.

Attention : Début du spectacle à 20h30 (et 15h30 en matinées). Afin de ne pas perturber le bon déroulement de la pièce, la Gaîté lyrique ne pourra pas accueillir les retardataires.

Le 20 septembre, rencontre avec Anne Théron à l’issue de la représentation.

20h30 // 10-12-15€

et les Jeudi 20 Septembre (20:30), Vendredi 21 Septembre (20:30), Samedi 22 Septembre (15:30), Samedi 22 Septembre (20:30), Dimanche 23 Septembre (15:30)

La Gaîté Lyrique
3 bis, rue Papin
75003 Paris
http://www.gaite-lyrique.net/

Jeudi 20 septembre

Granville, AV et O Safari à la Flèche d’Or

Granville
La Normandie c’est pas la Californie, mais ça y ressemble. Granville, groupe de pop naïve en français basé à Caen, chante une adolescence tantôt sauvage et souvent rêveuse. Rappelant aussi bien le yéyé français des années soixante (France Galle, Françoise Hardy…) que la pop garage américaine (Best Coast, Tennis..), Granville s’écoute les pieds dans l’eau, le regard vers le large, comme en vacances.

AV
AV est l’enivrant projet du Francilien Adrien Viot, qui plutôt que d’allumer un cierge sur l’autel des vieilles gloires eighties, vient les convier au chaos de sa génération. Les synthétiseurs de Suicide, Kraftwerk et Mirwais Ahmadzaï sont tatoués en AV mais loin d’être un projet de revival new-wave nostalgique, sa production actuelle, rugueuse mais rigoureuse, met en valeur son écriture insolente, en français.

O Safari
O SAFARI, duo Synth-Pop rennais, développe un cocktail tropi-cool de mélodies codéinées chanté en français d’une voix sensuelle et déphasée. O SAFARI vous propulse dans un univers nocturne et sublime, éclairé au néon, électrisant la scène par un jeu clavier/batterie effervescent et contagieux. (ça ira les adjectifs?)

19h30 // 12€

La Flèche d’Or
102 bis rue de Bagnolet
75020 Paris
http://www.flechedor.fr/

Vendredi 21 septembre

Body/Head à la Maroquinerie

La bassiste/chanteuse de Sonic Youth et artiste accomplie retrouve là un vieux compagnon de route: Bill Nace a déjà collaboré a plusieurs reprise avec elle et Thurston Moore pour plusieurs sorties sur Ecstatic Peace! Cette réunion d’artistes complets parmi les plus prestigieux et expérimentés donnera lieu à un premier concert le 22 février à Londres au Café Oto, puis un second au Kunstencentrum Belgie d’Hasselt (Bel.). Le magazine NME décrit le projet comme inspiré des Pink Flloyd circa Syd Barrett et puisant dans l’œuvre de la réalisatrice française Catherine Breillat (« Anatomie de l’Enfer », « Romance X » etc.).
Dans cette configuration, Body/Head a déjà publié une single cassette ultra confidentielle : « Fractured Orgasm » (20 min, 150 copies via Ecstatic Peace! en mars 2011). Une reprise de PEGGY LEE, « Fever », issue de la non moins rare compilation homonyme est également disponible, et écoutable ici (réf. UE106).

19h30 // 23€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

The Brain Festival à la Maroquinerie

[accordion] [acc_item title= »Vendredi 21 septembre »]PONI HOAX
VIVA & THE DIVA
L’OISEAU BLEU
CYRIL ATEF (CONGOPUNQ)
S.A.F
The Beautifull Freaks, feat. THE DO, BABX, CAMELIA JORDANA & More[/acc_item] [acc_item title= »Samedi 22 septembre »]JOAKIM
LES CHIENS DE NAVARRE
DR(DR)ÔNE
ORNETTE
INSULT REASON
The Beautifull Freaks free dance floor & More . . . . . .
[/acc_item] [/accordion]

23h55 // 13€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

Club Folamour à la Flèche d’Or

The Helio Sequence
Depuis 1999, ce duo allie une écriture rock avec des oscillations de fréquences qui l’indie-rock un peu dark rappelant Interpol ou The National. Les arrangements de The Helio Sequence se concentrent autour du chant, tel un flux de conscience. Sub Pop ne s’est pas trompé en sortant deux albums du duo, accompagnés de tournées assez épiques pour que Brandon Summers (guitares et chant) y perde un temps sa voix, qu’il a belle et bien retrouvée

Amanda Mair
Amanda Mair a tout juste quinze ans lorsqu’elle est repérée par le batteur de Club 8, qui s’empresse de présenter l’adolescente au patron du fameux label suédois Labrador Records, lequel détecte dans ses capacités vocales et pianistiques un fort potentiel artistique. Johan Angergård décide donc de faire appel à Philip Ekström, le leader de The Mary Onettes, pour coécrire et mettre en son des chansons pour la jeune fille. Été 2011 : le single House inaugure l’entrée officielle de la jeune protégée dans l’écurie Labrador. » MagicRPM

et Schultz

19h30 // 12€

La Flèche d’Or
102 bis rue de Bagnolet
75020 Paris
http://www.flechedor.fr/

Vulture presents au Social Club

Alan Braxe, pour mémoire c’était ça ! La basse qui rend fou.

23h // 13-15€

Social Club
142 rue Montmartre
75002 Paris
http://www.parissocialclub.com  

Samedi 22 septembre 

NFT is dead baby, Happiness in Uppsala birth party ! à l’International

Event Facebook ici

Tous les pandas se réunissent le samedi 22 septembre prochain à l’International pour fêter les 4 ans du site Not for Tourists Paris… et sa transformation en HAPPINESS IN UPPSALA http://happiness-in-uppsala.fr/.
Une teuf comme on les aime avec de la musique live et des DJ sets home made!
Nous sommes super contents d’accueillir :

Anything Maria

http://www.anythingmaria.com/
« Tantôt héroïne hitchcockienne, tantôt pétroleuse façon Barbarella, Anything Maria est l’alter ego chantant de Sophie. Auteur, compositeur et interprète, Sophie a nourri la genèse d’AM entre la moiteur des nuits berlinoises où elle a mêlé son talent au rock psychédélique et à la techno, des collaborations rêvées de Paris à Seattle (Nan Golding, Sabbath Assembly, Yuksek, Lee Ranaldo), un sens aigu de l’esthétisme et de l’autodérision, une voix puissante et fragile qui appelle le blues… AM est une drôle d’amazone qui déguise sa pudeur sous des airs délurés ou des beats de hip-hop, un style inclassable mais que l’on retrouve cependant sur chacun de ses morceaux, avec ce petit je ne sais quoi de sauvage et de précieux, comme un pouls qui s’accélère. Egalement DJ plébiscité , cette blonde aux grands bleus cache bien son jeu et, égrène des titres depuis quelques mois comme un effeuillage musical savamment orchestré. Les radios ne s’y sont pas trompées, le public non plus qui la suit toujours plus nombreux en attendant son premier album.et aussi il y a Woodini
Woodini est un voyageur sonore qui aime mélanger les influences. Happé dès son plus jeune âge par l’énergie salvatrice du Hip Hop il se tourne aujourd’hui vers l’horizon sans fin de la musique électronique.
Inspiré par Flying Lotus, Mount Kimbie ou encore SBTRKT Woodini livre un EP 6 titres (Chrysalid) qui fait le pont entre ses cultures HipHop et Electro et prépare le prochain pour Septembre.Le DJ set sera assuré par le NFT CREW parce qu’on va pas vous laisser partir comme ça.RDV LE 22 SEPTEMBRE DÈS 20H
et c’est gratuit!On en profite pour remercierceux qui ont participé à l’aventure: Hakim D. , Peter, Ségolène, Daphné, Arianne, Erwan, Elen, Yohan, Nico, etc…Les artistes qui ont bien voulu jouer pour nous.Et dans le désordre toutes les salles qui nous ont accueillis soit pour organiser des soirées, soit pour venir faire des reports (en particulier, l’International, l’Espace B le Planète Mars, le Café de la Danse, La Loge, le Panic Room, le Point Éphémère, ., le nouveau Casino…), Les compagnies de théâtre qui nous ont fait découvrir leurs créations. Les amis, assocs, blogueurs, chargés de com’… Sans vous, on n’existerait pas!20h // Entrée Libre

L’international
5/7 Rue Moret
75011 Paris
http://www.linternational.fr

Le Nouvel An Belge à la Machine du Moulin Rouge

Les Actionnaires et La Machine présentent

Le Nouvel An Belge – La soirée du réveillon

Après les Russes et les Chinois, les Belges fêtent leur nouvel an… Après avoir fêté le Nouvel An Belge dans tout Montmartre, retrouvons nous à La Machine du Moulin Rouge pour la grande fête du réveillon. Au programme de LA soirée de la rentrée, un match amical France – Belgique sur les trois niveaux de la Machine, sans oublier le traditionnel décompte et les cotillons ! APRES HOLLANDE, VOTEZ BELGIQUE !

Plus d’infos : www.nouvelanbelge.com

 23h30 – Ouverture des portes

 CENTRAL Scratch Massive – Live (Fr) + Guest / Aeroplane – Dj set (be) /  Guido Minisky – Dj set (fr)  Dj set (fr) / Rodolphe Coster

Live surprise belge…Animation et décompte par Stéphane Custers

 CHAUFFERIE Brussels Pony Club – Dj set & Live(be) / The Glimmers – Dj set (be) / Hush Hush – Live + décompte (usa/de en cours de naturalisation) / Soumaya dancemachine (be)

 BAR A BULLES (Collectif Mu fête le NAB/ http://www.mu.asso.fr/) :  NAB’friends – Dj set (fr) / Dj Saucisse – Dj set (be) / Dj  Eric Stil + Henri Flesh

23h // 14.90€

La Machine du Moulin Rouge
90 Boulevard de Clichy
75018 Paris
http://www.lamachinedumoulinrouge.com/ 

Gonzai VII: Silver Apples, Egyptology, Aqua Nebula Oscillator, Juan Trip à la Maroquinerie

Silver Apples
Formé en 1967 à New-York, Silver Apples a influencé plusieurs générations de bidouilleurs internationaux, de Suicide à Zombie Zombie. Composé de Simeon Coxe aux synthés primitif et de Danny Taylor à la batterie épileptique, Silver Apples a connu son quart d’heure de gloire warholien avant de se séparer en 69. Source d’inspiration pour le krautrock, la dance music et l’indie rock des 90’s, le groupe décide alors de se reformer en 1994 après que Simeon ait réussi à retrouver Danny « grâce à un appel lancé sur une radio américaine ». Pendant plus de dix ans, Silver Apples enchaine les tournées pour célébrer la messe électronique aux quatre coins du monde grâce à leurs deux albums studio devenus cultes. Depuis le décès de Danny en 2005, Simeon assure seul en scène et garantit à ses fidèles une conversion instantanée, les deux doigts dans la prise .

Egyptology
Publié chez Clapping Music, leur premier album « The Skies » est une sacrée pierre de Rosette. Composé de Domotic (Karaocake, My Jazzy Child ou Centenaire), Olivier Lamm et Stéphane Bellity (Ricky Hollywood, La Féline), Egyptology est un groupe qui explore toutes les possibilités du Nil grâce aux machines et à un battement de coeur planquée sous le disque dur. Plus près de toi Saint Thétiseur, le trio définit avec précision la musique du futur telle qu’on l’imagine, à la fois géométrique et aventureuse, charnelle et déshumanisée, singulière et diablement générationnelle. A mi-chemin entre Koudlam, Kraftwerk et Tangerine Dream, une musique romantique à consommer entre énarques défoncés au Peyotl .

Aqua Nebula Oscillator
Créé en 1999 par David Spher’Os, Aqua Nebula Oscilator « capte les ondes qui émanent du cosmos pour lancer sa musique spatiale à la face du monde ». Vaste programme, si ce n’est que la forte personnalité de David Spher’Os n’aide pas à stabiliser les trous noirs. Après un deuxième album en 2009 chez Pan European, la clique psyché s’apprête à publier un nouvel album chez Pan European en septembre 2012. Occasion rêvée pour découvrir live les nouveaux morceaux du groupe grâce à une cérémonie fiévreuse et transcendantale, un peu comme si Raël avait croisé le chemin de Timothy Leary .

Juan Trip
Enfant terrible du psychédélisme français, Juan est – comme Obélix – tombé très jeune dans le chaudron du trip. Signé au début des années 90 sur le label de Laurent Garnier (F-Com), il a tout gouté, tout testé, de l’acid-house aux raves en passant par le hippisme underground avec les Bluets. Tel un Anton Newcombe du rock hexagonal, Juan Trip ouvrira la soirée pour 25 minutes d’un set spatial et habité, comme la fusée Soyouz mais en beaucoup plus spacieux.

18h30 // 10-12€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

Dimanche 23 septembre

Deep Time et Dad Rocks! à l’Espace B (Concours sur le site)

Deep Time (minimal weirdo pop / hardly art / us) site internet
Jennifer Moore et Adam Jones, les 2 protagonistes texans de Deep Time, charment les critiques depuis des années sous leur ancien nom : Yellow Fever. Ils pratiquent une art-pop singulière, pleine de personnalité et d’aisance : à l’écoute du single « Clouds », on pourrait penser qu’écrire une chanson soit une chose facile… Avec leur premier LP sous cet alias le duo rejoint le label Hardly Art. Cette petite merveille pop est un terrible affront aux forces du prévisible et de l’ennui.

Dad Rocks! (post pop / big scary monsters / islande) bandcamp
Islandais au Danemark, indie-rocker dans Mimas, Snaevar est un songwriter adorable. Son premier album solo, Mount Modern, est d’abord un torrent puis une rivière qui sort de son lit pour noyer les métropoles. Dadrocks, délicatement, nous y apprend comment aimer la folk comme on aimerait la vie dans pareil moment. Follement. Sans conteste, un des meilleurs disques sorti dans le genre l’an passé, puisqu’en y imposant sa voix de bûcheron romantique, exactement le genre de mec qui nous touche de par son ambiguïté, il entre directement dans notre intimité. Apprentissage de qualité donc, car il rallume les cendres laissées par Peter Broderick et Efterklang, Sufjan Stevens ou présomptueusement Anathallo.

20h30 // 8-9€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Jens Lekman à la Gaîté Lyrique

La Suède frappe à nouveau: Jens Lekman, issu de la scène pétillante de Göteborg, tisse dans ses morceaux décalés et humoristiques toutes les aventures qu’il a vécu dans cette ville et d’autres. Jens incarne une figure de contraste avec des mélodies pop et ses jeux de mots pêchus d’ancien étudiant en sémiologie qui n’ont pas manqué d’attirer l’oeil de Secretly Canadian, label connu pour son exigence en termes de songwriting. On le dit influencé par des Arthur Russell et Calvin Johnson, retenez juste qu’il vous fera sourire avec ses anecdotes et qu’il n’est pas bien difficile de se laisser emporter par ses ballades pops.

Avec Brous, le projet d’une jeune chanteuse Australienne, oscille entre exotica et nostalgie de la pop sixties. Jouant sur le registre de la diva, des icônes féminines et sensuelles, la jeune femme aux cordes vocales puissantes et justes revisite les répertoires de films des années 50, des musiques lounge et psychédélique. Elle prépare tout un corps de travail qui ne manquera pas de se faire remarquer avant la fin de l’année 2012.

20h // 14-18€

La Gaîté Lyrique
3 bis, rue Papin
75003 Paris
http://www.gaite-lyrique.net/

 

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *