La Femme – Psycho Tropical Berlin (Barclay -eh oui-, 2013)

la-femme-cover

La première fois que j’ai écouté La Femme, je les ai trouvés franchement insipides. Ils m’ont  déplu. Je n’aimais pas comment ils étaient arrangés, je n’aimais pas comment ils chantaient, je n’aimais pas comment ils jouaient (je ne parle pas des cheveux). J’ai des idées sur la musique (beaucoup plus que sur les cheveux en fait, ça tombe plutôt bien) . C’est une musique que j’avais entendue chez plusieurs groupes.  Tout cela me fait mal augurer de ce disque-là qui porte tous les attributs du cool, pensez donc, Berlin (cool à porter des slims et des bonnets rouges), Psycho (cool et un peu fou) et Tropical (tout ça à la fois, avec la chaleur moite en plus, et des nombrils exposés). En bref ces gens m’ont toujours laissé une impression vague, générale, d’ennui et d’irritation. Une irrépressible envie de ne pas aimer et de dire des vacheries, pas aidé c’est vrai par quelques interviews étranges, entre la zone mixte de stade de foot et la cellule de dégrisement.

C’est donc à reculons, un peu hésitant que je commence à écouter le disque (mais des copains experts en musique disent que c’est pas mal, je me dis qu’au pire je ne serai pas du même avis qu’eux).

Antitaxi, ça commence bien, il y a du synthé un peu sombre, et des sirènes, et c’est très gotho synthé 80’s. On dirait même qu’il y a un theremin. C’est en français aussi, et la pop en français c’est assez cool (les majors qui font comme s’ils étaient indie like this). Dans les morceaux marquants, il y a aussi Hypsoline, chanson au clip avec une Alfa Romeo, qu’on peut très facilement se surprendre à chantonner dans le métro. Si un jour et ses paroles pour l’éducation des filles, mouvement de libération de La Femme, et ses synthés cools. Et, La Femme, qui doit être connu parce qu’il me rappelle quelque chose. “Ca rappelle quelque chose” c’est un peu le souci numéro un du disque, il y a quand même pas mal de redites, et des répétitions un peu pénibles de certaines recettes, et certaines chansons dispensables. Mais on retrouve aussi bien sûr leur morceau phare, découvert il y a déjà pas mal de temps: Sur la Planche, chouette chanson, mais la nouvelle version n’apporte pas grand chose de nouveau.

Il semble bien aussi que le groupe cristallise tous les clichés possibles et imaginables. Certains génies, adeptes du raccourci, parlent de sonorités surf rock.

Eh quoi ! Bah oui, c’est logique : DEMONSTRATION.

[toggle_box] [toggle_item title= »1″ active= »false »]Sur + La + Planche = mer et musique[/toggle_item] [toggle_item title= »2″ active= »false »]mer*(biarritz) = surf[/toggle_item] [toggle_item title= »3″ active= »false »]musique*(journalisme + communiqué de presse) = raccourci[/toggle_item] [toggle_item title= »résultat » active= »false »](rock + mer + musique + surf)*(communiqué de presse)*(mails de l’attaché de presse) = surf rock (tout simplement)[/toggle_item] [/toggle_box]

CQFD !! Ouais c’est imparable.

Fi de ces considérations, après 1 h de La Femme <insert blague misogyne here>, on n’a pas l’impression d’avoir entendu une révolution en marche, on n’est pas non plus devant les phénix de la musique française. Mais c’est un album relativement plaisant (et je pensais pas dire ça), le groupe devrait se tailler une part de lion dans les festivals à venir, et continuer avec ces interviews savoureuses (enfin non, ça serait bien qu’ils arrêtent ça, en fait).

La Femme – Psycho Tropical Berlin (Barclay)

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *