Festival Visions #1. Vendredi 9 août 2013

Dernier né des festivals bretons proposé par le label les Disques Anonymes, juste avant la Route du Rock (et qui s’adresse au même public, en témoigne le môme de 10 ans assis sur le bar le samedi avec son t-shirt à l’effigie du festival malouin), Visions célébrait donc sa première édition du 9 au 11 août à Plouezoc’h, à quelques encablures de Morlaix.

Un mot pour dire que le site est très joli, (ça s’appelle Traon Nevez si vous passez dans le coin), un espèce de corps de ferme en fond de baie, et du coup le camping était assez idyllique, surtout au moment de l’apéro. D’ailleurs l’accueil des festivaliers est juste parfait : petit déjeuner avec earl grey et confiture bio, douche chaude et Coreff, on peut difficilement trouver mieux.

Vue du camping du festival Visions
Vue du camping du festival Visions

Boulot oblige, on arrive un peu tard ce vendredi soir et on rate Hannah et Pastoral Division, mais on est juste à temps pour Baston ! Avec un nom qui claque autant, on en attend finalement un peu du groupe rennais, qui nous fait remuer les orteils et hocher de la tête avec son garage surf. Ça marche plutôt bien, et c’est probablement la prestation la plus carrée du vendredi soir, même si le public est encore un peu clairsemé.

Le corps de ferme de Visions
Le corps de ferme de Visions

Ca se gâte un peu avec Lonely Walk, projet parallèle de Mickaël Apollinaire, déjà derrière Crane Angels. Avec  leur cold wave noisy un peu flippante, parfois un poil trop bruitiste, Lonely Walk offre un concert un peu inégal, avec des réussites comme We need a miracle, et des ratés, comme une reprise d’un groupe dont je n’ai jamais réussi à comprendre le nom. Mais leur univers un peu macabre et grandiloquent colle bien au lieu du festival. Mention spéciale à la régie lumière du festival qui a fait un super boulot d’habillage des arbres en fond de scène.

Après une pause frite (des frites maison absolument délicieuses, et ça mérite d’être souligné), on enchaîne avec Trésors. Le groupe est attendu, et c’est un peu un tour de chauffe avant son passage à Route du Rock le 17 août. On nous avait promis des synthés, ils sont là. A l’écoute, le groupe m’avait laissé une impression lancinante, avec ses rythmes hypnotiques et ses chants mélancoliques, comme des psalmodies (l’album s’appelle Missionnaires, c’est peut-être pas pour rien). Mais dans la nuit morlaisienne, la mayonnaise prend difficilement, et le groupe s’en agace un peu. Inconfort social ou arrogance ? On penche pour la première réponse.

Et ça s’écoute ici.

Trésors
Trésors

La fin de la soirée se passe pour nous au Barn Club, la scène électro de Visions. Comme son nom l’indique (bilinguisme t’as vu), ça se passe bien dans une petite grange relookée pour l’occasion. C’est un peu comme à Astropolis, on sait pas vraiment ce qu’on écoute, mais on danse, surtout qu’on tombe sur le quart d’heure influences années 90 acid-house, et que passé une certaine heure les pieds réagissent à tout rythme excédant 80 bpm. On va se coucher en sentant l’odeur de la mer, et on se dit que demain, s’il fait beau, on fera trempette.

Et le deuxième jour C’EST PAR LA !!!

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *