Agenda pop culture de la semaine du 23 au 29 septembre 2013

Buffalo 66', Vincent Gallo (1998)
Buffalo 66′, Vincent Gallo (1998) ***merci à Sarah B. pour l’idée***

Mardi 24 septembre

Stealing Sheep et Mi and L’au à l’Espace B

1234489_10151601076101456_629901891_n

Stealing Sheep (indie pop / heavenly records / uk)

Trois filles du Royaume-Uni sorties du terrain fertile de l’indie-pop à l’assaut du vieux continent avec une fraîcheur naïve et des compositions très agréables et sans prises de tête techniques. Une musique estivale au son d’une pop sucrée qui pourrait rappeler certains débuts des « Steréo Total » ou des « Super Bonbon » pour le côté kitch et inventé, sans oublier toute la nouvelle vague de chanteuses aux voix fluettes que les médias spécialisés encensent.

Mi and L’au (alter k / finlande)

Nouvel Album à paraître courant Octobre. H2O n’est pas seulement le 4ème album du duo formé par Mira Romantschuk et Laurent Leclère. C’est aussi l’histoire d’une rencontre qui se raconte musicalement, poétiquement, une histoire qui s’épanouit au fil de chaque chanson, qui se déploie à grands coups d’espaces et s’établit avec le temps. Une histoire de masques, les masques d’un carnaval étrange et puissant … Tout se passe comme si nous n’avions pas besoin d’explications, en témoignent ces chansons aux peu de mots dont la parole reprend l’esprit des Haïkus. Des chansons étincelantes qui savent instinctivement redonner leur part à la sobriété et au silence.

20h30 // 6-9€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Mercredi 25 septembre

Tristesse Contemporaine C.A.R. et Stepkids à la Gaîté Lyrique

 img_4515

Devenus parisiens par adoption, Tristesse Contemporaine est un trio international composé d’une japonaise, de deux anglais et suédois. Brut, désespéré et hypnotique, le groupe s’empare des brumes du shoegaze et du krautock, avec des mélodies catchy et synthé pop accompagnées de voix androgynes et basse vintage. Tristesse Contemporaine est la face sombre de la pop moderne.

Par amitié et affinités, Narumi, Léo et Maik décident de monter un groupe en 2009 et enregistrent vite afin de conserver la spontanéité, l’inventivité et la force des esquisses. Les démos qui résultent de leurs sessions ne ressemblent à rien d’existant même si les fantômes des Talking Heads (Fear of Music), de Young Marble Giant (Collossal Youth) ou des Cure (17 seconds) planent au-dessus de leurs têtes.

Il faut alors trouver un nom. En fouillant dans les archives d’un marchand de livres anciens, Léo tombe en arrêt devant un livre d’Hippolyte Fierens Gevaert intitulé : La tristesse contemporaine: essai sur les grands courants moraux et intellectuels du XIXe siècleTristesse Contemporaine sera un groupe français composé d’étrangers, un groupe de « back seat drivers » comme ils aiment à se définir. La tristesse contemporaine sera celle des exilés.

The Stepkids, ce sont trois jeunes chanteurs-musiciens originaires du Connecticut: Jeff Gitelman à la guitare et au chant, Dan Edinberg à la basse, au clavier, et au chant; quant à Tim Walsh, il joue de la batterie… tout en chantant. On retrouve dans leurs compositions de nombreuses influences du jazz et R&B en passant par la pop et le funk jusqu’à de la soul moderne et pyschédélique. Avant que naisse le projet The Stepkids, ils ont joué dans divers formations et pour des artistes de renommée internationale (Alicia Keys, 50Cent, Lauryn Hill..), ce qui fait d’eux des musiciens méticuleux.  Dès la parution de leur premier album en septembre 2011, The Stepkids ont su imposer un univers artistique et scénique original. Leur musique poursuit une intention subtile de liberté et de profondeur. Les trois kids s’apprêtent aussi à remonter sur scène, pour notre plus grand bonheur.

Enfin, sous le nom de C.A.R., découvrez le nouveau projet de Chloé Battant (Kill the DJ).

20h // 14-18€

La Gaîté Lyrique
3 bis, rue Papin
75003 Paris
http://www.gaite-lyrique.net/

Neil Hastead et The Wooden Wolf à l’Espace B

625452_559593437434633_22697262_n

Neil Hastead (ex-Slowdive / folk / brushfire records / uk)

« Longtemps, Neil Halstead a fait de la musique en scrutant le sol. Avec Slowdive, le musicien jouait le rock distordu et bruyant, la tête plongée dans les chaussures. Avec Mojave 3 et en solo, Halstead fait désormais de la musique en regardant, sinon le ciel, du moins l’un de ses plus éminents habitants. C’est sous la houlette spirituelle de Nick Drake que l’Anglais déroule ses chansons folk boisées. Halstead, comme …Drake, n’est pas un chanteur mais un chuchoteur : ses ballades sont des berceuses, des chansons pour rocking-chair – toujours jolies. “Avec Slowdive, il s’agissait moins de composer des chansons que de chercher une atmosphère, une distorsion, un son. Une fois que le groupe a splitté, j’ai donc eu envie d’autre chose. J’ai voulu essayer d’écrire la chanson parfaite.” Sur Bad Drugs and Minor Chords ou Palindrome Hunches, il n’en est pas loin. » Johanna Seban (les Inrocks) | « Tout simplement prodigieux » (Magic RPM)

The Wooden Wolf (Press Eject and Give Me Tape – Folk / Mulhouse)

Le projet The Wooden Wolf se veut libre, brut, sincère et spontané. Il s’agit d’un songwriter en solo ; les notes sont folk, alternative country, indie ou anti-folk parfois ; mais la formation est libre de changer. Ainsi, une guitare mexicaine pourra accompagner The Wooden Wolf sur scène, un violoncelle ou une choriste par exemple. Son géniteur Alex Keiling est né au large du Canada aux sons de Leonard Cohen et Nick Drake. C’est plus tard qu’il adoptera ses artistes préférés : Bonnie ’Prince’ Billy, Songs : Ohia et autres Dirty Three… Si le premier opus « 14 ballads Op.1 » est plutôt sombre, c’est pour mieux mettre en lumière ses maux. Des maux d’amour, des maux de l’esprit…

20h30 // 8-11€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Jeudi 26 septembre

Camera et Egyptology au Point Éphémère

Camera_web

La spécialité de Camera (DE) est de jouer spontanément dans des lieux publics, et ce, évidemment, sans aucune permission préalable. L’autre spécialité de Camera est de se faufiler habilement au sein de soirées aftershow très reconnues, installer leur matériel de poche en quelques minutes, et jouer aussi longtemps qu’il le faut. Depuis, Camera sort son premier album est à réussi à retranscrire leur spontanéité et leur énergie dans le format studio. Le spectre musical du groupe passe d’un krautrock motorik à des plages psychés. Camera s’enfonce pieds joints dans les sphères interstellaires, là où le temps et l’espace n’ont plus de sens.

Egyptology (FR / Clapping Music) se compose de deux êtres qui ont parcouru les années 2000 à la recherche d’une chanson qui permettrait de synthétiser l’Arp Odyssey, la vierge Marie et les autoroutes de Krafwerk délocalisée sur le Nil. D’un coté, le Parisien Domotic qu’on a déjà repéré chez Karaocake, My Jazzy Child ou Centenaire. De l’autre, Olivier Lamm, tour à tour critique musical (Chronicart, The Drone), musicien et érudit des musiques obscures. Les deux laborantins ont cette fois mis en commun leur amour du bruit blanc et des synthétiseurs vintage, tout en associant leurs différences.

20h  // 13-15€

Point Éphémère
200, quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Vendredi 27 septembre

La fête du déménagement de Bimbo Tower aux Instants Chavirés

plus_instrument_0

La boutique Bimbo Tower  créée en 1996 avec l’aide de Saravah, fête son déménagement !
Complice des Instants Chavirés depuis de nombreuses années, c’est tout naturellement que cette soirée de concerts se déroule au 7 rue Richard Lenoir avec 3 projets qui nous ressemblent ! post-punk, électroniques, improvisation chanson expé culte ? et biensûr dj set mondo-sauvage avec le Bimbo Tower Sound System !

Réouverture prochaine de la boutique Bimbo Tower en compagnie de Sonic Protest.  Suivez les infos sur https://www.facebook.com/BimboTower‎

La boutique, passage St-Antoine est ouverte la 1ere quinzaine de septembre jusqu’au 21 !

– – – –

Plus Instruments, groupe fondé au début de l’ère post-punk par Truus de Groot (dans lequel officia entre autres, un Lee Ranaldo pre-Sonic Youth et David Linton qu’on retrouve sur «  February – April 1981  » publié par le label hollandais Kremlin (épuisé depuis longtemps et enfin réédité en vinyle par le label parisien Poutre Apparente.) qu’elle présente ici en duo avec au theremin Jimmy Virani. Une bonne dose d’improvisation pour une sélection d’anciens et nouveaux morceaux tout droit sortis d’un espace-temps compris quelque part entre 1979 et 2012.
http://www.plusinstruments.com/

Le nom du groupe : Femme
Le descritiptif : Nouvelle formation. Anti-beat assuré. Le son de l’électricité associé à lui-même. Rien de défini pour l’instant. Des machines domptées 35% du temps. Des membres de groupes mondialement non-reconnus. Plus simplement, il s’agit de Jo (Tanzprocesz / Opéra Mort / Fusiller) et d’Arno (France Sauvage / Arno Bruil : canal Rennes)…  Ils font une très bonne musique électronique et le duo est inédit du coté de chez nous. Ils participent à bon nombre de projets plutôt excitants et leurs routes croisent régulièrement celles des Instants Chavirés et de Bimbo Tower (édition vinyles, concerts…)
http://arnobruil.org/ —- http://tanzprocesz.free.fr/

Alvaro, membre du 1er groupe de l’ex-Clash Joe Strummer, est un musicien hors-norme. Il poursuit au fil de ses albums auto-produits sa quête improbable d’une synthèse entre la musique traditionnelle chilienne et le post-punk. La musique d’Alvaro est à la fois latine, intransigeante et passionnée, expérimentale et naïve, qui mêle compositions minimalistes à une poésie populaire très radicale. Son chant inimitable lui a collé l’étiquette « du Chilien avec le nez chantant ». Un outsider hors norme de la famille des Daniel Johnston, Jandek ou Shaggs… Alvaro vient fêter ses 70 ans et on s’en réjouit d’avance ! http://www.don-alvaro.net/

Bimbo Tower Sound System : Anti-dj pour danser à quatres pattes. Des disques, de la no-music, de la poésie, du bruit, du gloubi-punk, destructo-wave, mondo-sauvage & idioties en tous genres.

20h // 10-12€

Les Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir
93100 Montreuil
http://www.instantschavires.com‎

Jef Barbara au Point Éphémère

jef_barbara_web

Jef Barbara (CA/Tricatel) s’apprête à sortir son deuxième album, “Soft To The Touch”. La musique de cet Américain du Nord (Montréal) pourrait bien relever de la prophétie, du futur conjugué au présent ou du passé accordé à l’après. Jef Barbara a écrit un disque tentaculaire, définitif, un monstre aux muscles radioactifs, aux cheveux électriques, aux lèvres reptiliennes et au cœur de saphir. Et comme tous les monstres, il est adorable, ce disque lumineux et à l’identité inébranlable, aimable, jubilatoire. Du terrorisme dandy si l’on osait. Une pop donc, qui carbure aux stéroïdes de l’absolu. Aux tripes et au cosmos. Avec ce qu’il faut d’élégance, de raffinement et de caprices pour décoller. Haut, très haut. Loin. – jefbarbara.com

20h  // 13-15€

Point Éphémère
200, quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Samedi 28 septembre

Lonely Walk à l’Espace B

1239748_10151632567986724_812721638_n

Lonely Walk (Bordeaux)

Romantique, diabolique, froid, érotique, Lonely Walk c’est l’échappée en solitaire de Monsieur Crane (Crane Angels). Sur sa route il croise Johan, guitariste de Black Bug, lui aussi adepte de ténèbres et de science-fiction. Sur scène ils sont cinq, le son est alors plus puissant mais tout aussi macabre. Aujourd’hui, les fils de John Carpenter se noient dans le rock psychédélique et Lonely Walk est d’ores et déjà prêt à affronter l’éternel hangover post-apocalyptique qui s’annonce, l’œil noir certes, mais le sourire aux lèvres…

Advent Nivid (rock / paris)

Le rockgarage d’Advent Nivid, groupe phare de la clique Inch’Allah/XVIII Records, est plein de maladresse, de reverb et d’énergie.

Club Passion (disco punk / paris)

20h00 // 6€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net



0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *