Agenda culturel pop. Semaine du 16 au 22 septembre 2013

Hara-Kiri, mort d'un samouraï, Taka Miike (2011)
Hara-Kiri, mort d’un samouraï, Takashi Miike (2011)

Lundi 16 septembre

Dead Ghosts et SkateGang à l’Espace B

1175440_526101960793182_126608749_n

DEAD GHOSTS – Vancouver CA (Burger Records, Floridas Dying) http://deadghosts.bandcamp.com/

SKATEGANG – Paris FR (Gone With The Weed) http://skategang.bandcamp.com/

20h // 7€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Mardi 17 septembre

Eldorado Music Festival : Thomas Azier et Grindi Manberg au Café de la Danse

azier

Thomas Azier, « Hollandais de Berlin repéré par Woodkid, il transperce l’electro avec un morceau déjà culte : Angelene. On ne sait pas grand-chose de Thomas Azier, si ce n’est qu’il a 25 ans, qu’il est originaire d’une petite ville des Pays-Bas et qu’il s’est installé à Berlin depuis quelques années. Ce dont on est sûr par contre, c’est que son dernier titre, Angelene, et le fabuleux clip qui va avec, nous fascinent. Sensualité froide, fulgurances futuristes et mélodies sinusoïdales traversent ce morceau extrait du deuxième disque court publié par le jeune homme : Hylas 002, successeur d’un 001 publié en début d’année, en attendant le 003 pour l’été. Mais ce que l’on attend surtout, et avec impatience, c’est le premier album de ce newcomer qui s’annonce comme l’un des grands cascadeurs de 2013. Woodkid ne s’y était d’ailleurs pas trompé, puisque c’est à lui qu’il avait confié l’after party de son premier grand raout parisien au Grand Rex. Azy, Azier » (Les Inrocks, 2013) http://thomasazier.com/

Originaire de Reims, Grindi Manberg (anagramme d’Ingrid Bergman) fleurte avec une pop lyrique et torturée. A l’écoute de certains de leurs morceaux, on ne peut s’empêcher de penser à Mark Hollis (le chanteur charismatique du groupe Talk Talk) ou aux intonations de l’inoubliable Elliott Smith. Mené par Romain Thominot, Grindi Manberg a imposé une  électro-pop aux accents new- wave à base de rythmiques quasi obsédantes et de guitares dissonantes. http://soundcloud.com/grindi-manberg

19h30 // 17-20€

Café de la Danse
5, passage Louis-Philippe
75011 Paris
http://www.cafedeladanse.com/

Mercredi 18 septembre

Eldorado Music Festival : Brisa Roché, Roken is Dodelijk et Gym au Café de la Danse

1277160_525864704150372_1163988843_o

Musicienne et chanteuse américaine voyageant entre le folk, garage, jazz, psyché-pop et soul, la belle Brisa Roché est de retour avec sa voix enivrante et nous présentera en exclusivité ses nouveaux morceaux entourée d’invités de marque et vous adresse un message: « Une envie très forte de vous voir, de raconter des histoires, de pleurer pour vous des larmes de chanson, de voler de ma voix dans le noir d’un théâtre, le soir, habillée pour vous, entourée sur scène d’amis de composition, d’émotion, de son liquide et de son ludique. Voila pourquoi je serai au Café De La Danse le mercredi 18 Septembre, pour cela et pour vous parler/chanter/chuchoter des indices de ce qui sera dans mon album en finalisation, un album de collaborations, « Invisible1″. ET de vous offrir un petit 45 tours de Fun Fun Fun que j’ai fait pour alléger vos rentrées… » Brisa Roché.
www.brisaroche.com

Les Lillois de Roken is Dodelijk sont sans doute les meilleurs représentants régionaux voire nationaux du folk-rock ! Originaux, décalés, mais capables de nous emmener très loin, les Roken is Dodelijk ont une personnalité rare, affirmée et surtout irrésistible.Après un album, des salles combles et des festivals (Découvertes Printemps de Bourges 2008, Lauréat du prix du jury festival Chorus 2008, Transmusicales de Rennes 2009, Rock En Seine 2010), le groupe sort de son silence des derniers mois pour rappeler dans notre salle qu’il est toujours aussi inspiré et présentera ses nouvelles compositions en exclusivité pour l’ELDORADO MUSIC FESTIVAL !
www.rokenisroken.com

Première partie : Gym
Nouveau projet plus pop du fabuleux chanteur de Roken Is Dodelijk, on y retrouve également Nicolas Bertin, qui officie en tant que batteur au sein des Bodybeat. Sortez vos justaucorps

19h30 // 18-20€

Café de la Danse
5, passage Louis-Philippe
75011 Paris
http://www.cafedeladanse.com/

Maison Neuve et Wake Island à l’Espace B

969048_10151513213126456_1037341229_n

Maison Neuve est un groupe qui aime les guitares, les tambours, les orgues, le saxophone ; la vie salariée, les insomnies et Paris. Maison Neuve s’est nourri de musiques populaires depuis Rodez, Stockholm, Toulouse ou les Landes et rêve de Bossa Nova, de Calypso et de Rock’n’Roll depuis le cimetière du Père Lachaise. Maison Neuve invoque les prophètes et les grandes chanteuses, compatit aux émois sentimentaux et fantasme la vie sauvage, les grandes villes et l’amour loyal.

Wake Island, les petits protégés de Jane Lasek (producteur notamment de SUUNS, The Besnard Lakes et Wolf Parade) débarquent pour la 1ère fois en Europe. Il est difficile de classer musicalement le groupe mais on peut tout de même les situer entre Grizzly Bear et Foals.

20h30 // 5-8€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://www.espaceb.net

Jeudi 19 septembre

Motorama et The Revival Hour au Petit Bain

Youpi !

bio_motorama

Les cinq musiciens de Motorama, nos nouveaux héros russes, sont originaires de Rostov-On-Don, ville de plus d’un million d’habitants, porte du Caucase, située environ à 1 000 km au sud de Moscou. C’est désormais aussi en ces lieux que l’on dénichera un nouvel exotisme et que l’on contentera notre besoin de sonorités émergentes et fraîches. Calendar, second long format du groupe, est le premier à bénéficier d’une distribution commerciale. Et l’on retrouve ces compositions pop aux cicatrices saillantes, ces perles naïves, cette spontanéité, cette douceur et cette fragilité à la tension sous-jacente qui habitent leurs titres. Si l’on pense bien sûr aux fantômes de Joy Division, à The National, Interpol voire la pop rêveuse de Belle & Sebastian ou flamboyante de Destroyer, leur musique demeure délicieusement moderne et insaisissable. http://wearemotorama.com/

bio_trh

The Revival Hour est le fruit du travail de deux orfèvres : Dm Sith ( repéré par Sufjan Stevens et signé sur son labelAsthmatic Kitty, et John-Mark Lapham moitié de The Earlies ).
Scorpio Little Devil, tient presque de la perfection et nous offre 10 titres, d’un héritage musical prolifique qu’ils réinterprètent et expérimentent à leur manière. Ils bouleversent ici le format dream-pop avec des bulles, voix soul, percussions et guitare alambiquée, une vraie réussite ! http://www.therevivalhour.com

20h // 12-15€

Petit Bain
7 port de la Gare
75013 Paris
http://www.petitbain.org

Showcase Edward Barrow à la librairie Chez Charybde

1239499_599571216759836_1917507030_n

Soirée Rock & Littérature avec un showcase d‘Edward Barrow (Volvox Music) et le tout nouveau, magnifique et captivant Riviera de Mathilde Janin, une histoire inspirée par l’amour, la musique, la rage, le talent et le rock.

19h // Entrée Libre

Librairie Charybde
129 rue de Charenton
75012 Paris

Fuck Buttons au Trabendo

1044983_590582494295859_28474603_n

Duo anglais composé de Benjamin John Power et d’Andrew Hungs, Fuck Buttons est à la noise music ce que Boards of Canada est à l’electronica (ou James Holden et Nathan Fake à la « techno ») : un artefact extra-terrestre. Une aberration. Ou si vous préférez, deux parfaits archétypes de rejetons désaxés, mais pourtant fort respectés, d’une certaine scène « drone-noise-électronique » et néo-psychédélique anglo-saxonne.

19h30 // 19.80€

Le Trabendo
211 avenue Jean Jaurés
75019 Paris
http://www.letrabendo.net

Vendredi 20 septembre

Showcase Marc Desse, Songs from Another Room à Agnès B homme

1234113_10151721386374177_1594804822_n

Venez prendre l’apéro avec nous et écouter Marc Desse pour la sortie de la compilation « Songs From Another Room »

18h30 // Entrée Libre

Agnès b. Homme
10-12 rue du Vieux Colombier
75006 Paris

Indian Summer Party ! Hakim Wild DJ Set au Houla Oups

1238734_10151812087359860_62072112_n

Profitons encore de l’arrière saison pour se retrouver entre amis à l’occasion de ce mix de rentrée. Racontons nous nos étés respectifs, nos voyages. Trinquons et buvons au son de ce qui nous rapproche tous, la musique qu’on aime. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le Houla Oups, l’occasion est superbe pour découvrir ce bar totalement décalé, îlot de résistance dans ce quartier qui continue de s’aseptiser.

21h // Entrée Libre

Le Houla Oups
4, rue Basfroi
75011 Paris

Caravage et Nameless au Point Éphémère

caravage_WEB

D’un côté, le génie et son œuvre sacrée. De l’autre, le débauché aux mœurs licencieuses. A l’image du peintre « Il Caravaggio », ce groupe affectionne les contrastes. Entre « candeur musicale quasi-suicidaire » et tentation indie-garage, Caravage (FR) plaît à revisiter le paysage rock de la plus claire-obscure des façons. Un univers musical qui doit aussi beaucoup aux références picturales, graphiques et littéraires qui animent le groupe.
caravage.net

 

Figure de proue d’une nouvelle pop française moderne et raffinée, Nameless (FR) évolue entre rock sophistiqué et pop ravageuse. Ces rockers romantiques à l’allure soignée explorent la veine revival avec brio, et leur pop-rock imparable nourrie aux eighties n’a de cesse d’exciter la blogosphère. Après la sortie d’un EP éponyme en juin 2011, composé d’une suite de titres ultra-catchy, Nameless crée la sensation avec, notamment, le titre Angelina. Un single tubesque remarqué par Kitsuné pour sa compilation Parisien II. Dans la lignée de leurs dernières créations, les quatre garçons reprennent leur formule qui ne cesse de gagner en efficacité : une vraie exigence d’écriture mise en exergue par une production subtile qui mêle sonorités acoustiques et électriques.
nameless.fr

20h // 15-18€

Le Point Éphémère
200 quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Samedi 21 septembre

Gonzaï XVII : KaS Product, Jessica93 et The Cherry Bones à la Maroquinerie

537228_10151740221948468_164940849_n

Pour sa soirée de rentrée, Gonzaï t’offre un grand courant d’air froid dans la nuque avec l’un des groupes pionniers de la cold-wave et de l’électroclash, KaS Product, qui nous fera l’honneur d’un come-back pas surgelé. A leurs cotés, la nouvelle et prometteuse signature du label Teenage Menopause, Jessica 93, ainsi que le duo de garage-surf synthétique de The Cherry Bones.

Spatsz quitte son job – il est infirmier psychiatrique – en 1978 pour rejoindre Mona Soyoc, une Américaine d’origine argentine, pour fonder KaS Product en 1980. Peu après, ils enregistrent leur premier EP, « Mind Seven », réalisé chez un ami sur magnétophone deux pistes. Ce disque paraît en avril 80 sur un label local (Punk Records) et le pressage initial de 1000 copies est vendu en quelques semaines. Dès lors, le groupe fera parti avec quelques autres (Mathématique Moderne, Jacno, Marquis de Sade) de la jeune génération que le journal Actuel appelle « les jeunes gens modernes ». De mai à juillet 81, KaS Product met au point 11 nouveaux titres qui figureront sur leur premier album, « Try Out », enregistré et produit en août au Sunrise Studio en Suisse. En février 1983, KaS Product enregistre 10 nouveaux titres au studio Sorcerer Sound (Sonic Youth, Swans) de New York qui constitueront le deuxième album du groupe, « By Pass », paru en avril de la même année. Un troisième verra le jour, « Ego Eye », paru en 1987. Le groupe se séparera finalement en 1988. Depuis lors, les KaS Product se retrouveront ponctuellement, le plus souvent le temps d’un concert, comme en 2005 aux Eurockéennes de Belfort ou plus récemment dans le cadre du festival Souterrain Porte VI (à proximité de Nancy) en 2011. Souvent considérés comme les précurseurs du courant electro-clash, le groupe aura surtout influencé une grande partie de la scène synth-pop française actuelle, de retour sur le devant de la scène depuis quelques années.

Après avoir révélé JC Satan, Catholic Spray ou encore Scorpion Violente, le label fondé par les deux déglingos nommés Froos et Elzo s’attaque au cas Jessica 93, espèce de one-man band hyper dark à classer – dixit nos confrères de The Drone – « entre Frustration et Soft Moon ». Son premier disque, « Who Cares », est un disque de fin de monde, de bout du monde; on y retrouve toute l’urgence du type qui n’a plus qu’une clope dans son paquet et plus d’allumettes et c’est mille fois plus torturé-génial que la meilleure de toutes les complaintes des chanteurs qu’on doit supporter en festival. Minimaliste, shoegaze et brutal, un bon remède pour ceux que Fauve irrite.

La ville de Tours est une sorte de miracle musical permanent : chaque année un nouveau groupe semble émerger, nourri des expériences des aînés tout en apportant sa contribution perso dans la mixture et tout exploser. C’est le cas de The Cherry Bones, duo guitare/clavier, armé d’un troisième membre pas chiant à nourrir (puisqu’il s’agit d’une boîte à rythmes) qui sonne comme un mix entre Johnny Boy & Toddi Wellman pour prendre des références locales. On les sent aussi fans de la scène garage noise indie actuelle (Cheveu, Feeling Of Love, Intelligence…) que des illustres anciens (Suicide, Sonics, Troggs). Plus largement, il est rare de rencontrer un groupe qui a défini une formule déjà précise et efficace aussi vite : une sorte de garage-surf synthétique, à la fois minimal et explosif.

19h30 // 12€

La Maroquinerie
23, rue Boyer
75020 Paris

Tokyo Sex Destruction et  Driving Dead Girl au Point Éphémère

TSD_7549-prueba_WEB

Comme son nom ne l’indique pas du tout Tokyo Sex Destruction (ES / BCore), vient d’Espagne et est fan de rock 60′s & 70’s. Avec un premier album en 2003, Le Red Soul Communitte, le groupe enchaînera façon 70’s et pond en 2004,Black Noise is the New Sound puis en 2005, 5Th Avenue SouthTokyo Sex Destruction est bel et bien un groupe qui transpire la rock’n roll à chaque note. Gregg Foreman (musicien de Cat Power) s’est chargé de produire leur quatrième album, The Neighbourhood en prenant soin de valoriser un son chaud et organique. Après une pause en 2011, les voici de retour avec une nouvelle formation et un nouvel album sorti en mars dernier, Sagittarius.

En 2003, Dim Wild et Ronald Dondez s’unissent pour fonder Driving Dead Girl (BE/ At(H)ome). Un premier album : 50,000 Dead Girls Can’t be Wrong dont 7 titres aux influences garage rock. Leur deuxième album Don’t Give a Damn about Bad Reputation sorti en janvier 2010 confirme la propension du groupe à une énergie brute et à des influences cinématographiques et littéraires. Changement de cap en 2013, l’urgence fait place au déluge. Une dynamique garage bien huilée sur une nouvelle plaque. drivingdeadgirl.be

20h // 15-18€

Le Point Éphémère
200 quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Dimanche 22 septembre

Mars Red Sky et Dead Meadow au Point Éphémère

flyer-web1

Dead Meadow – deadmeadow.com

Dignes représentants d’un Stoner bordelais plutôt rare, les Mars Red Sky (FR/Mrs Red Sound records) attisent le feu d’une messe Vaudou avec leurs riffs old school 70’s et leur groove psychédélique. À trois, ils créent un stoner mélodique qui fleure bon le groove psychédélique, dans sa version lourde et fortement réverbérée. Mars Red Sky a désormais trouvé son style et la voix planante de Julien Pras sur des giclées électriques de guitares fuzz donne une dimension aérienne au laminage rythmique riche et en règle. Le groupe terminera l’année 2013 en beauté par une tournée sur la côte ouest des USA et en profitera pour enregistrer leur nouvel album, à découvrir en 2014.

20h // 15-18€

Le Point Éphémère
200 quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Night Beats, Travel Check et Pain Dimension à la Mécanique Ondulatoire

1236440_588232551217812_999429579_n

Les Night Beats de retour au bar où ils jouèrent pour la première fois à Paris!  Bien entourés, ils redescendront sous terre après leur lévitation au Psych Fest d’Angers ! Cela laisse présager une belle soirée !

Travel Check (Howlin Banana, garage/flower punk / Paris)

Pain Dimension (garage punk, Melun)

20h // 10,49€

La Mécanique Ondulatoire
8, passage Thiéré
75011 Paris

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *