Agenda culture populaire de la semaine du 14 octobre au 20 octobre 2013

The Untouchables, Brian De Palma (1987)
The Untouchables, Brian De Palma (1987)

Lundi 14 octobre

Grave Babies à l’Espace B

1185815_476189132479185_36244645_n

Super Drakkar & L’Espace B présentent…

Grave Babies (Morbid Pop / Hardly Art – USA)

Abschaum (Synth Krautrock / Atelier Ciseaux – FR)

Pousse Mort (Digital Doom / Skrot Up – FR)

20h // 8-11€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://espaceb.net/

Soirée Les Yeux Fermés à la Flèche d’Or

avh-paris

Anna Von Hausswolff (Sw, City Slang)
Ce qui marque d’entrée de jeu chez Anna Von Hausswolff, c’est l’alliance qu’on aurait cru contre-nature qu’elle opère entre une pop toute en voix qu’on compare souvent à Kate Bush ou PJ Harvey et une musique mystérieuse centrée sur l’orgue et parfois accompagnée de musiciens pour former un curieux ensemble drone/post-rock/pop. Le mélange peut paraître détonnant, iconoclaste et hasardeux ; à l’écoute de « Ceremony » et de perles tout en clair-obscur telles « Mountains Crave », les doutes se dissipent. La demoiselle contourne soigneusement tous les clichés drone funèbres et par là-même toute facilité pour imposer une musique étonnamment lumineuse, nuancée, avec de magnifiques chorus pop tout à fait décomplexés.

VS (Fr)
Fouillée, précieuse, la musique de VS est un tableau mouvant aux couleurs post-rock dont les contours vous rappelleront certainement ceux de Sigur Ròs période « Takk ». Formés en 2004, le groupe est autant influencé par le cinéma que la musique et propose des shows oniriques pour une immersion totale du spectateur.
http://www.vs-music.com/

Blackthead (Fr)
Après de nombreuses expériences en groupes, Pierre G. Desenfant a laissé de côté le son post punk et noise de ses débuts mais n’a pas pour autant baissé le volume de ses amplis. Avec des outils différents, il écrit un nouveau vocabulaire fait de tensions et de montées en puissances, secouant les corps comme un roller coaster psychotrope. Entre spoken words, murmures et explosions, ce disciple de Brian Eno, Silver Apples ou Alva Noto écrit une techno sans beats, un rock sans guitare et une ambiant rehaussée de paroles à l’imagerie forte. Blackthead sortira son nouveau disque à l’automne 2013 en forme de nouveau film sonore et personnel et le défendra en live à la Flèche d’or.

20h //14€

Flèche d’Or
102 Bis, rue de Bagnolet
75020 Paris
http://www.flechedor.fr/

Mardi 15 octobre

Route du Rock Sessions : Pretty & Nice et Pale Spectres à l’Espace B

 1377092_584628371597806_110969598_n

Pretty & Nice (indie rock / equal vision / usa) http://prettyandnice.com/

Quartet de Boston repéré lors de tournées avec Built To Spill & The Thermals, Pretty & Nice a été mis en avant par le label Hardly Art (Hunx & his punx, Le Loup…) chez qui ils ont signé leur premier album. Ils ont le don pour composer des tubes pop immédiats et savent les faire exploser sur scène.

Pale Spectres (indie pop / little treasure records / paris)

Quelque part entre la nostalgie des années dans lesquelles ils ont grandi et cette volonté d’apporter un vent de fraîcheur tout à fait contemporain, les Parisiens de Pale Spectres trouvent le parfait équilibre dans une pop qui se veut résolument efficace. Les influences du quatuor sont nombreuses : de The Field Mice à Craft Spells, en passant par The Smiths, Belle And Sebastian ou The Pains Of Being Pure At Heart, les amateurs d’indie-pop sauront apprécier le travail mélodique apporté autour de compositions qui se retrouvent véritablement dynamisées en live

20h30 // 7-10€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://espaceb.net/

White Hills et Aqua Nebula Oscillator au Point Éphémère

lewis_web

Sous le nom de White Hills (US / Thrill Jockey), Dave W. (guitare), Ego Sensation (basse) et Lee Hinshaw (batterie) sont devenus, à force de tournées marathon et une prolifique discographie (13 albums depuis leur création en 2003) la nouvelle coqueluche du heavy rock trippés sauce US. Leur compositions sont de très longues mélopées oscillant entre Heavy Drone à la Black Sabbath – Monster Magnet et krautrock remastiqué à la gomina, un espace sonore No Wave s’extirpant des bras des Swans pour rejoindre ceux de Sonic Youth…

Groupe formé en 2000 par David Sphaer’os, fan de culture dark rock psychédélique, de vaudou, transe ethnique, de films d’horreur des années 20 à 60, de peintres comme Dali ou Bosch, la littérature du début du siècle, d’ovnis, d’aliens, il tente de recréer toute cette atmosphère dans leur musique.
Aqua Nebula Oscillator (FR/ Pan European Recording) est un groupe authentique, libre et autonome. Ils vivent dans une cave du 15ème siècle ressemblant à un cabinet des curiosités du 19ème rempli d’instruments, d’amplis à lampes, de grigris. Ils créent leurs costumes, leurs pochettes de disque et leurs morceaux

20h // 14-16€

Point Éphémère
200, quai de Valmy
75010 Paris
http://www.pointephemere.org

Mercredi 16 octobre

Crane Angels à la Maroquinerie

4750_event

Le Bordeaux des Crane Angels est une île à mi-chemin entre la Californie des Beach Boys et le Londres du shoegaze. Venus de groupes et d’aventures variés, ces dix jeunes gens tiennent à la fois de la chorale indie et du groupe noisy, du délire candide et de la machinerie subversive.

20h // 17€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

Jeudi 17 octobre

Buraka Som Sistema à la Maroquinerie

4796_event

http://www.buraka.tv/

Projection du documentaire / Concert de Buraka Som Sistema / DJ Set

20h // 18€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

Carte Blanche à JC Satàn à la Flèche d’Or

1385454_10151946336749095_1440045956_n

Les bordelais de JC Satàn ont déjà une solide expérience en poche. Depuis leur premier LP Sick Of Love en 2010, Arthur et Paula la Turinoise, têtes pensantes du groupe, ont multiplié les collaborations fructueuses avec des labels tels que Born Bad Records. Leur deuxième effort Hell Death Samba, sorti en 2011, a connu un important succès critique et public. On retrouve dans leur dernier album Faraway Land leur univers sonore particulier, entre garage rugueux et noisy-pop déviante. Leur objectif : exploser les canons du style garage, brouiller les pistes et donner vie à des morceaux uniques. En live, JC Satàn ne prend pas seulement possession de la scène mais aussi des âmes : les guitares galopantes sont suivies par une batterie effrénée, la basse groove, le groupe transpire un swing violent, addictif.

The Anomalys viennent d’Amsterdam, ils jouent un rock’n’roll primitif et sont devenus experts dans l’art de créer des soirées « destruction totale ». Ils héritent ainsi d’une réputation de « groupe le plus sauvage d’Europe », étiquette souvent associée aux groupes issus du label Slovenly Recordings. Leur rock psychotique et imprévisible a souvent déferlé devant une foule en pleine démence. Et c’est bel et bien le but de ces trois monstres géants hyperactifs : faire en sorte que le rock’n’roll soit de nouveau dangereux !

Regal joue du Garage. Les influences sont clairement ancrées dans les années 60, compiles Back From The Grave et Garage Punk Unknowns en tête, tout en ayant écouté les Black Lips en boucle. Les quatre moutons noirs de Regal n’en restent pas moins friands de l’herbe bien grasse, dont les graines ont été plantées par les Seeds et l’entretien assuré par the Weakends

20h // 12€

La Flèche d’Or
102 bis rue de Bagnolet
75020 Paris
http://www.flechedor.fr/

Vendredi 18 octobre

Gonzai XVIII à la Maroquinerie

1005375_10151750120583468_581085229_n

Plus cinglant que les secousses de Fukushima, et aussi cinglés que les membres de la secte Aum, les mythiques Japonais d’Acid Mothers Temple seront les invités de prestige de notre soirée d’octobre à la Maroquinerie, placée sous le signe du psychédélisme et du freak power. Comme le « coeur de métier » des soirées Gonzaï reste d’offrir des concerts à pupilles dilatées, on a aussi décidé de réinviter les Anglais de The Oscillation à venir jouer en ouverture leurs nouveaux morceaux issus de « From Tomorrow », album à paraitre en septembre chez Hands In The Dark. Pour ceux qui les avaient découvert l’année dernière aux cotés de Frustration, mais aussi pour ceux qui peinent à se remettre du jam de Damo Suzuki (CAN) avec Aquaserge, on ne saurait que trop conseiller d’être là ce soir pour se prendre une grosse raclée dans les tympans.

Groupe culte de la scène psyché des vingt dernières années, Acid Mothers Temple a depuis 1995 traumatisé plusieurs générations de freaks, notamment à travers une discographie plus chargée que Lance Armstrong dans le col des Alpes. Emmené par guitariste Kawabata Makoto, les Japonais livrent depuis leurs débuts une musique à écouter comme un long trip influencé autant par le rock progressif que Karlheinz Stockhausen ou les héros du krautrock. Après plusieurs réincarnations cosmiques qui auront vu le groupe jouer aux cotés des membres de Gong ou Guru Guru, le groupe s’est récemment renommé Acid Mothers Temple & the Melting Paraiso U.F.O. et délivre des concerts chamaniques, à la fois psychédéliques et space-rock. La plupart du temps improvisés et free, les concerts d’Acid Mothers Temple sont plutôt rares à Paris. Après une récente tournée qui les aura vu jouer le répertoire de Black Sabbath (what the fuck?), leur dernier album « In Search of Lost Divine Ark » est sorti cette année, on y entend la puissance de Hawkwind mixé aux riffs de Led Zeppelin, le tout avec le bruit d’une grosse tatane nippone dans ta gueule. Ce soir à la Maroquinerie, ils nous gratifieront d’un long concert de deux heures.

Cavalant à mi-chemin entre du krautrock spatial et de la pop gonflée à coups de pédale fuzz, le groupe anglais de The Oscillation évoque à la fois la « kosmische musik » de Neu! etTangerine Dream, le tout interprété par Pil en version punk-funk, ou encore Miles Davis sous amphet’. Une fois qu’on aura rajouté que les expérimentations de The Oscillation ne sont pas sans rappeler Spacemen 3 et que le groupe a déjà été invité deux fois par Gonzaï pour des soirées en apesanteur, on aura presque tout dit. The Oscillation revient à la rentrée avec un nouvel album sous le bras, « From Tomorrow », sorte de carte postale envoyée depuis l’espace pour nous rappeler que le changement (d’accord) c’est maintenant. Après la sortie de « Out of Phase » chez DC Recordings en 2008 puis de l’excellent « Veils » chez All Time Low, les cosmonautes redonnent enfin des signes de vie avec ce nouvel album chez Hands In The Dark, toujours aussi perchés, toujours aussi destructeurs en live. On nous fait signe dans l’oreillette qu’il n’y a pas de végétarien dans le groupe, ce qui est une excellente chose. A noter que ce soir The Oscillation jouera les titres de son nouvel album, sous la houlette des visuels du réalisateur Julian Hand. From tomorrow, with love.

20h // 12€

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris
http://www.lamaroquinerie.fr

Halls à l’Espace B

994349_634682789898542_926781083_n

Halls (electronic / no pain in pop / uk)

Électronique écartelée par l’écho guttural, pop de cathédrale qui saigne l’affliction ou simples trouvailles cosmiques d’un esprit terre-à-terre, on peut être sûr d’une chose à l’écoute des grandes chansons de Halls : celui-ci a parfaitement choisi son patronyme. D’abord fer de lance d’un synthétisme un peu chill (cf. le EP inaugural Halls, 2011), le Londonien est revenu peu à peu vers son album de chevet – Kid A (2000) de Radiohead – et des références plus éclectiques (Sun Ra Arkestra, Arvo Pärt et Arthur Russell) pour engendrer une musique à la fois structurellement passionnée et intimement passionnante, qui laisse présager d’un avenir radieux.

Almeeva  (aeropostale / BLWBCK, Swarm Of Nails / fr)

Il y a des millions de façons de faire danser les gens, mais il n’y a pas un million de façons de vous faire errer dans le vide. Almeeva aka le multi-instrumentaliste Gregory Hoepffner (Kid North, Radius System, Time To Burn …) a choisi le chemin de la perdition progressive. Après une longue liste de remix produits pour Milkymee, Puce Moment (Tsunami Addiction), Bachar Mar-Khalifé (InFiné) & Saåad (BLWBCK), Almeeva travaille actuellement sur une release ambitieuse..

20h30 // 7-10€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://espaceb.net/

Samedi 19 octobre

Automelodi et Position Parallèle au Batofar

automelodi_gabarit_500_x_805_9fdb70fce8

Automelodi en tournée Européenne pour la sortie de son nouveau LP très attendu « Surlendemains Acides » sur Electric Voice Records

Position Parallèle présentera son sublime nouveau LP  »Néons Blancs » sorti sur Hau Ruck!

19h30 //10-13€

Le Batofar
Face au 11 quai François Mauriac
75013 Paris
http://www.batofar.org

Dimanche 20 octobre

 Splashh à l’Espace B

1157591_10151594767526456_1421368933_n

Splashh (swinging punk / luv luv luv / uk)

Deux Australiens, un Néo-Zélandais et un Anglais forment Splashh, jeune groupe basé à Londres, dont la summer grunge a enthousiasmé la presse anglaise en quelques mois. Mais s’il y a grunge, les tignasses de ces grungers-là sont salées par l’océan, ou plutôt un souvenir d’océan dont les mélodies nostalgiques sont servies par des guitares fuzzy et mal léchées. Les voix sont éthérées, offrent des fleurs aux filles et parlent de soleil et d’été prochain, dans un son de garage où la bricole et la production hirsute n’enlève rien à l’ambition mélodique. Sous les pédales d’écho, la plage. Empreints d’une esthétique 90’s, les clips ont l’énergie désinvolte et gamine de Pavement, et jusqu’ici, Splashh n’a pour seule ambition avouée que le plaisir. Que cela reste ainsi, au moins jusqu’au 26 juillet, où le groupe, sous les palmiers, les embruns et les kilowatts, se sentira un peu plus dans son élément le temps d’un concert

20h30 // 7-10€

Espace B
16, rue Barbanègre
75019 Paris
http://espaceb.net/

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *